Ecoutez Radio Sputnik
    Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères

    Le chef de la diplomatie iranienne ironise sur les nouvelles accusations américaines

    © Sputnik . Vladimir Ostapkovitch
    International
    URL courte
    6330

    À Munich, Mohammad Javad Zarif a ironiquement lancé que c’était la faute de l’Iran s’il s’était «placé au milieu des bases américaines» déployées dans la région.

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a répondu par une plaisanterie aux accusations de Washington qui reproche à Téhéran de s'ingérer dans les affaires des pays du Proche et du Moyen-Orient.

    «Les États-Unis prétendent que l'Iran s'immisce dans les affaires de la région. Mais à qui cette région appartient-elle? Regardez la carte. Les militaires américains ont parcouru 10.000 kilomètres pour nous encercler avec leurs bases. Il existe même une blague selon laquelle ce sont les frontières iraniennes qui se sont placées au milieu des bases américaines», a déclaré le chef de la diplomatie iranienne intervenant dans le cadre de la Conférence de Munich sur la sécurité.

    Selon lui, la politique états-unienne vis-à-vis de l'Iran est une «obsession maladive» qui fait «souffrir la région depuis 40 ans».

    Depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, les États-Unis appliquent une politique dure à l'égard de Téhéran. Ainsi, Washington s'est retiré de l'«accord nucléaire» de Vienne conclu entre l'Iran et les grandes puissances en juillet 2015 et réintroduit ses sanctions économiques à l'encontre de la République islamique.

    Pour Donald Trump, Téhéran n'a pas renoncé à l'idée de développer une arme nucléaire, en dépit des conclusions inverses des services de renseignement américains et des observateurs internationaux.

    Lire aussi:

    L'ex-Président égyptien Mohamed Morsi est décédé lors d'une comparution au tribunal
    Ce successeur franco-hispano-allemand du Rafale a été dévoilé au Salon du Bourget (images)
    Attaque contre la Russie: le New York Times met en garde Trump après ses accusations de «haute trahison»
    Tags:
    armes nucléaires, sanctions, accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), Conférence de Munich 2019, Donald Trump, Mohammad Javad Zarif, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik