Ecoutez Radio Sputnik
    Des militaires américains en Syrie

    Washington redoute le rétablissement du contrôle d'Assad sur le nord-est de la Syrie

    © AP Photo / APTV
    International
    URL courte
    42162

    Les États-Unis s'opposent à ce que le gouvernement de Bachar el-Assad reprenne le contrôle du nord-est de la Syrie, «car il ne contribue pas à la stabilité», a affirmé l'envoyé spécial de Washington pour la Syrie, James Jeffrey, à la Conférence sur la sécurité de Munich.

    Washington cherche à éviter que le gouvernement de Bachar el-Assad ne rétablisse son contrôle sur le nord-est du pays, a déclaré à la Conférence de Munich James Jeffrey, représentant spécial des États-Unis pour la Syrie.

    «Nos objectifs dans le nord-est [de la Syrie, ndlr] restent inchangés. Ils supposent la préservation de la sécurité dans la région, ce qui signifie que nous ne voulons pas que le régime [appellation donnée par les USA au gouvernement de Bachar el-Assad, ndlr] y retourne, car il ne contribue pas à la stabilité», a-t-il indiqué.

    Dans le même temps, il a fait remarquer que le pays retirait ses troupes terrestres de Syrie, «étant donné que la mission principale de leur introduction — l'aide aux Forces démocratiques syriennes et la victoire sur le groupe terroriste Daech* — est accomplie».

    James Jeffrey a ajouté que, malgré le retrait de leurs troupes, les États-Unis poursuivraient la lutte contre Daech* préservant un potentiel aérien et gardant «la capacité à réagir aux menaces qui surgissent en raison de la présence de forces de Daech*».

    Se référant au Pentagone, The Washington Post a annoncé vendredi que le secrétariat américain de la Défense prévoyait de mettre en place une zone de sécurité pour protéger les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie avec la participation de soldats européens.

    Selon le journal, l'idée est que les pays européens y déploient un contingent d'environ 1.500 soldats. Dans ce contexte, les représentants de l'administration américaine à la Conférence de Munich ont invité les pays membres de l'OTAN, notamment l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, à fournir des militaires.

    Le 19 décembre dernier, Donald Trump avait annoncé que les États-Unis avaient écrasé Daech* en Syrie, précisant que la lutte contre le groupe terroriste était la seule raison de la présence militaire américaine dans le pays.

    Par la suite, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a annoncé que les États-Unis avaient commencé à retirer leurs troupes de Syrie, tout en soulignant que la victoire sur les djihadistes de Daech* ne signifiait pas la fin de la coalition antiterroriste dirigée par Washington.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Un homme armé d’un couteau commet une agression à Villejuif, il aurait crié «Allahu Akbar»
    Madonna et les candidats islandais sortent un drapeau palestinien lors de l’Eurovision en Israël (images)
    Une explosion vise un car de touristes près des pyramides en Égypte (photos)
    Tags:
    troupes terrestres, présence militaire, retrait des troupes, contrôle, Conférence de Munich 2019, Pentagone, OTAN, Forces démocratiques syriennes (FDS), coalition anti-Daech, Daech, Washington Post, Bachar el-Assad, James Jeffrey, Donald Trump, Sarah Huckabee Sanders, États-Unis, Syrie, Washington
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik