Ecoutez Radio Sputnik
    Situation en Syrie (archive photo)

    Paris et Berlin réticents à l’appel de Trump à reprendre leurs djihadistes de Syrie

    © REUTERS / Rodi Said
    International
    URL courte
    1191

    Les pays européens se sont montrés peu enthousiastes à l’appel de Donald Trump à reprendre leurs combattants de Daech* retenus par les forces kurdes sur le sol syrien.

    L'appel de Donald Trump à rapatrier les djihadistes européens retenus en Syrie a suscité une réaction mitigée en Europe. Ainsi, la ministre française de la Justice Nicole Belloubet a déclaré que la politique nationale de rapatriement des combattants de Daech* en Syrie continuerait pour l'instant à se faire «au cas par cas»:

    «Il y a une situation géopolitique nouvelle qui vient d'être établie avec le retrait des Américains […]. À ce stade, la France ne répond pas aux injonctions et garde la politique qu'elle avait, c'est-à-dire un accueil au cas par cas», a expliqué Mme Belloubet sur France 2.

    Le secrétaire d'État français à l'Intérieur Laurent Nuñez a tenu à souligner que Paris avait «toute confiance» dans la capacité des Kurdes syriens à ne pas laisser s'échapper les djihadistes français.

    Pour sa part, le ministère allemand des Affaires étrangères a jugé «extrêmement difficile» d'organiser en ce moment un rapatriement des djihadistes européens retenus en Syrie. Pour Heiko Maas, un tel retour ne pourrait être possible que si «nous pouvons garantir que ces personnes soient immédiatement envoyées ici devant un tribunal et qu'elles seront mises en détention».

    La semaine dernière, le Président Trump avait demandé «à la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et aux autres alliés européens de reprendre plus de 800 combattants de Daech* que nous avons capturés en Syrie afin de les traduire en justice». «Il n'y a pas d'alternative car nous serions forcés de les libérer», a-t-il insisté.

    En Belgique, le ministre de la Justice Koen Geens a réclamé une «solution européenne» à ce problème, appelant à «réfléchir tranquillement et regarder ce qui comporte le moins de risques sécuritaires».

    Pour le moment, c'est le Danemark qui s'est montré le plus hostile à l'idée de rapatrier les Européens partis combattre dans les rangs de Daech*:

    «Il s'agit des gens les plus dangereux dans le monde. Nous ne devons pas les reprendre», a déclaré un porte-parole du Premier ministre danois Lars Lokke Rasmussen.

    L'officiel a qualifié de prématuré l'appel de Donald Trump, la situation en Syrie étant selon lui loin d'être stable.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Encore un pays européen qui promet de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem
    Tags:
    rapatriement, lutte antiterroriste, justice, sécurité, djihadisme, Kurdes, Daech, Lars Lokke Rasmussen, Nicole Belloubet, Koen Geens, Heiko Maas, Donald Trump, Danemark, Syrie, Belgique, France, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik