Ecoutez Radio Sputnik
    Bagdad (image d'archive)

    L’Irak deviendra-t-il une «zone de transit» pour les troupes US se retirant de Syrie?

    © AFP 2019 Marwan Ibrahim
    International
    URL courte
    4213

    Washington et Bagdad ont conclu un accord qui prévoit que le retrait des troupes américaines de Syrie sera effectué via l’Irak, a indiqué Abdulkarim Hashim Mostafa, conseiller du Premier ministre irakien et chef de son administration, en marge d’une conférence organisée par le club de discussion Valdaï.

    Dès qu'ils auront mis fin à leur opération militaire à l'est de l'Euphrate et à Baghouz, les États-Unis lanceront le retrait de leurs troupes de Syrie. L'Irak deviendra alors une «zone de transit», a expliqué Abdulkarim Hashim Mostafa, conseiller du Premier ministre irakien et chef de son administration, en marge d'une conférence organisée par le club de discussion Valdaï.

    Selon lui, Bagdad et Washington ont conclu un accord en ce sens.

    «Au plus tard le 1er avril, tout devrait être terminé, c'est ce que les États-Unis nous ont dit. Dès que leur opération à l'est de l'Euphrate et à Baghouz sera terminée, ils commenceront à retirer de leurs troupes», a expliqué Abdulkarim Hashim Mostafa.

    Interrogé par Sputnik, Sean Robertson, représentant du Pentagone, n’a ni confirmé ni démenti les informations selon lesquelles les soldats américains quitteraient la Syrie via l’Irak d'ici au 1er avril. 

    «Notre but est de retirer nos troupes de Syrie de manière contrôlée et ordonnée, ce qui ne prévoit pas de délais précis», a-t-il notamment dit.  

    Le 19 décembre 2018, Donald Trump a annoncé le départ le plus rapidement possible des militaires américains de Syrie, martelant que les États-Unis ne joueraient plus le rôle de «gendarme du Moyen-Orient».

    Par la suite, la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, a annoncé que les États-Unis avaient commencé à retirer leurs troupes de Syrie, tout en soulignant que la victoire sur les djihadistes de Daech* ne signifiait pas la fin de la coalition antiterroriste dirigée par Washington.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Un dîner en ville qui passe mal
    Tags:
    troupes, transit, retrait, Euphrate, Syrie, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik