International
URL courte
219
S'abonner

La direction de l’AFP à Paris ainsi que son chef de bureau à Alger ont démenti les informations ayant fait état d’une demande des autorités algériennes à ce dernier de quitter le territoire, selon le site Tout sur l’Algérie (TSA). Selon eux, les autorités algériennes ne leur ont adressé aucune notification officielle à ce sujet.

Le chef du bureau de l'Agence France Presse (AFP) à Alger, Aymeric Vincenot, ainsi que la direction de de l'AFP à Paris ont réfuté les informations parues dans certains médias. Ceux-ci faisaient état d'une demande de la part des autorités algériennes à M.Vincenot de quitter le territoire du pays avant le 28 février. Sputnik avait tenté de contacter l'AFP et le ministère algérien de la Communication à ce sujet, sans obtenir de réponse.

S'exprimant sur le site d'information Tout sur l'Algérie (TSA), Aymeric Vincenot et la direction de l'agence à Paris ont affirmé n'avoir reçu aucune notification officielle dans ce sens.

«Je n'ai reçu aucune notification», a déclaré le responsable du bureau de l'AFP à Alger. «Le renouvellement des accréditations [qui donnent le droit aux journalistes étrangers d'exercer sur le territoire, ndlr] se fait habituellement en mars ou en avril», a-t-il encore précisé.

De son côté, le bureau de Paris de l'agence française a affirmé qu'«à la suite des informations parues dans la presse algérienne sur la situation du directeur du bureau de l'AFP à Alger, la direction de l'Agence France Presse tient à préciser qu'elle n'a pas reçu de notification de la part des autorités algériennes et qu'elle n'est donc pas en mesure de faire le moindre commentaire à ce sujet».

Selon TSA, les autorités algériennes ne sont pas tenues d'adresser une notification officielle à un journaliste étranger ou algérien travaillant pour un média étranger, signifiant le non renouvellement de l'accréditation.

Le lundi 18 févier, des journaux algériens ont rapporté que les autorités ont sommé le chef du bureau de l'Agence France Presse, à Alger, de quitter le pays avant le 28 février.

La raison invoquée, selon ces médias, est le fait que ce journaliste couvre l'actualité algérienne, en particulier celle du Président Abdelaziz Bouteflika, d'une manière «biaisée» voir «hostile».

Lire aussi:

Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
Tags:
notification, expulsions, AFP, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook