Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Claude Juncker

    Après Soros, Budapest blâme Juncker de la crise migratoire européenne

    © REUTERS / Vincent Kessler
    International
    URL courte
    7270

    Des portraits de Jean-Claude Juncker et de George Soros souriant ont été placés sur les affiches de la nouvelle campagne du gouvernement hongrois visant à informer les citoyens de la politique migratoire de l’UE. Selon Budapest, les propositions de Bruxelles «mettent fondamentalement en danger la sécurité» du pays.

    Le gouvernement hongrois a annoncé sur Facebook avoir lancé une campagne d'information sur les changements de la politique migratoire de l'UE. Cette publication a été accompagnée d'une image montrant le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le milliardaire George Soros.

    «Le gouvernement lance une mission d'information sur les plans de Bruxelles pour l'immigration. Tout le monde a le droit de connaître les propositions actuelles qui mettent fondamentalement en danger la sécurité de la Hongrie.»

    Le gouvernement hongrois accuse Jean-Claude Juncker et George Soros de vouloir «affaiblir le droit des pays membres de protéger leurs frontières» et de «faciliter la migration» en introduisant des «visas pour les migrants».

    Selon The Guardian, l'utilisation du portrait du président de la Commission européenne constitue une «escalade de la guerre publicitaire» menée par le gouvernement de Viktor Orban contre les fonctionnaires européens hauts placés.

    En commentant cette publication, Margaritis Schina, porte-parole de M.Junker, a accusé Budapest de promouvoir une «théorie du complot ridicule».

    En ce qui concerne George Soros, le gouvernement hongrois critique les fondations du milliardaire pour leurs positions sur la politique migratoire. En juin, le Parlement a adopté la loi dite «Stop Soros»: celle-ci impose une taxe de 25% sur les revenus des ONG d'aide aux migrants ainsi qu'une peine d'un an de prison en cas d'assistance à l'entrée illégale en Hongrie. Les responsables de l'Open Society Foundations (OSF) de George Soros ont par conséquent porté plainte devant la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

    Lire aussi:

    «L'Iran a fait une très grosse erreur»: Trump réagit à la destruction du drone US par les militaires iraniens
    L'Iran sera-t-il frappé par les USA? «Vous le saurez bientôt», lance Trump
    Téhéran réagit aux déclarations américaines et se dit prêt à faire face à «toute sorte d'agression»
    Tags:
    crise migratoire, Commission européenne, George Soros, Viktor Orban, Jean-Claude Juncker, Budapest, Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik