Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    S-400: et si Trump décidait réellement d’«anéantir la Turquie par des sanctions»?

    © Sputnik . Sergei Malgavko
    International
    URL courte
    15931

    Washington ne cesse de presser Ankara de renoncer aux achats de S-400 russes, le vice-Président des États-Unis Mike Pence ayant déclaré à Munich que son pays n’entendait pas regarder les bras croisés ses alliés acheter des armes à des adversaires potentiels. Un général turc à la retraite a commenté la situation pour Sputnik.

    En réponse à la détermination inébranlable de la Turquie à se doter de systèmes antimissiles russes S-400, les États-Unis pourraient essayer de la frapper économiquement. Aussi, Ankara devrait-il s'y préparer, a estimé dans un entretien accordé à Sputnik le général turc à la retraite Nejat Eslen.

    «Nous nous rappelons bien qu'il n'y a pas longtemps le Président américain Trump avait menacé d'"anéantir la Turquie par des sanctions économiques"», a ajouté le militaire.

    Selon ce dernier, Washington exerce des pressions sur la Turquie, voulant la retenir dans sa zone d'influence.

    «L'Amérique ne veut pas admettre que la Turquie échappe à son contrôle dans le contexte de la formation d'un nouvel ordre mondial. […] Les États-Unis interprètent l'achat de systèmes russes par la Turquie comme l'éloignement de celle-ci du système atlantique et de sa zone d'influence», a précisé le général.

    Et d'ajouter que la Turquie était guidée par sa propre représentation de la menace à sa sécurité nationale.

    «Par ailleurs, il n'est pas du tout nécessaire d'intégrer les S-400 dans le système de l'Otan, Ankara ayant besoin de systèmes antimissiles russes pour satisfaire les besoins de sa propre défense nationale», a relevé M. Eslen.

    Il a rappelé que la Turquie faisait partie de l'Otan et que les États-Unis devraient respecter les décisions qu'elle prenait.

    «Et les pressions ne font que contribuer à un rapprochement encore plus étroit de la Turquie avec le bloc eurasiatique. Pourtant, tout porte à croire que Washington ne s'en rend tout simplement pas compte», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à 2,5 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) pour la livraison des S-400, prévue en juillet 2019. Washington a prévenu Ankara que le contrat conclu avec Moscou pourrait remettre en cause l'achat d'avions de chasse furtifs F-35 à Lockheed Martin et entraîner l'instauration de sanctions américaines. Le Président Erdogan est resté insensible à ces menaces, déclarant que la Turquie ne reviendrait pas sur sa décision d'acheter des missiles sol-air S-400 à la Russie, en dépit des pressions des États-Unis.

    Lire aussi:

    Michel Maffesoli: «nous allons voir resurgir des manifestations tribales!»
    Violences au Mans: un forain grièvement blessé au pied (vidéo choc)
    Le ministère de la Défense annonce la mort de trois militaires russes en Syrie
    Tags:
    missiles, défense antiaérienne, achat, pressions, sanctions contre la Turquie, F-35A, S-400, Lockheed Martin, Sputnik, OTAN, Recep Tayyip Erdogan, Mike Pence, Nejat Eslen, Donald Trump, Washington, États-Unis, Russie, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik