Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    Rapatriement des djihadistes européens? Trump refuse le retour d’une Américaine de Syrie

    © AP Photo / Militant Photo
    International
    URL courte
    16141
    S'abonner

    Souhaitant le rapatriement des djihadistes européens, Donald Trump s'est opposé au retour aux États-Unis d'une femme qui avait rejoint les rangs de Daech* en Syrie. Selon l'avocat de cette dernière, «on ne peut pas arriver au point où nous privons tout simplement de nationalité ceux qui ont violé la loi. Ce n'est pas ça, l'Amérique».

    Donald Trump s'est opposé au retour aux États-Unis d'une femme ayant rejoint Daech*, Washington affirmant qu'elle n'était pas américaine. Son avocat a immédiatement démenti.

    «J'ai ordonné au secrétaire d'État Mike Pompeo, et il est complètement d'accord, de ne pas autoriser le retour de Hoda Muthana dans le pays!», a tweeté Trump peu après un communiqué du chef de la diplomatie assurant que cette dernière n'était pas une citoyenne américaine, puisqu'elle n'avait pas «de fondement juridique, ni de passeport américain valide, ni de droit à un passeport, ni aucun visa pour se rendre aux États-Unis».

    Néanmoins, l'avocat de la jeune femme, dont le père était un diplomate yéménite, s'est élevé contre cet argument.

    «Hoda Muthana est née dans le New Jersey en 1994, plusieurs mois après que son père eut cessé d'être diplomate. Elle est citoyenne américaine», a indiqué à l'AFP Maître Hassan Shilby. «Elle avait un passeport valide» quand elle est partie en 2014 rejoindre les rangs de Daech* en Syrie, a-t-il ajouté.

    «On ne peut pas arriver au point où nous privons tout simplement de nationalité ceux qui ont violé la loi. Ce n'est pas ça, l'Amérique», a précisé l'avocat.

    Le cas de Hoda Muthana intervient au moment où Donald Trump s'adresse via Twitter aux pays européens, notamment au Royaume-Uni, à la France et à l'Allemagne, en leur demandant de rapatrier de Syrie et de déférer à la justice plus de 800 djihadistes du groupe terroriste Daech*. Il a noté que son pays «fait et dépense beaucoup», et qu'il était temps pour les autres «de faire le travail dont ils sont si capables».

    Auparavant, des médias français avaient annoncé que deux avions états-uniens iraient rapatrier près de 150 djihadistes français de zones en Syrie sous contrôle américain.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    repatriement, Daech, Donald Trump, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik