Ecoutez Radio Sputnik
    une mosquée

    Les imams d’Algérie s’opposent à l’exploitation des mosquées à des fins politiques

    CC BY 2.0 / AwayWeGo210
    International
    URL courte
    4141

    Vendredi 22 février, à l’occasion de la marche nationale contre un 5e mandat du Président Abdelaziz Boutefilka, la Coordination nationale des imams d’Algérie a appelé dans un communiqué à laisser les mosquées en dehors des luttes politiques et partisanes.

    Afin d'éviter des débordements lors de la marche nationale prévue ce vendredi 22 février, après la prière, contre l'éventualité d'un 5e mandat du Président Abdelaziz Bouteflika, la Coordination nationale des imams d'Algérie a mis en garde contre l'exploitation des mosquées à des fins politiques, selon un communiqué officiel publié la veille. Par ailleurs, la Coordination a appelé à la création de cellules d'écoute au niveau des mosquées afin de rassembler les doléances des citoyens pour les faire parvenir aux autorités compétentes.

    «En raison d'appels lancés incitant à l'exploitation et à l'utilisation des mosquées pour mobiliser les citoyens et les inciter à exprimer certaines positions politiques et à afficher clairement leurs avis, nous appelons les fidèles à faire échec aux tentatives de certains aventuriers qui mettent en danger la sécurité et la sérénité du pays, et qui veulent utiliser les mosquées comme terrain d'affrontements et de tensions pouvant mener [le pays, ndlr] vers l'inconnu», indique le communiqué.

    Tout en rappelant l'évènement de la décennie noire des années 1990, les imams ont affirmé que leur appel n'avait en aucun cas pour but de limiter leur droit à une liberté d'expression politique démocratique et pacifique. Dans ce sens, tout en appelant les Algériens à la responsabilité, la Coordination des imams d'Algérie a suggéré «de créer au niveau des moquées des cellules d'écoute et de collecte des doléances des citoyens afin de les transmettre aux autorités du pays».

    Selon le site d'information Algérie patriotique, le ministère des Affaires religieuses et des Waqfs a demandé dans une instruction à l'ensemble des imams du pays de consacrer le prêche de ce vendredi à la mise en garde des fidèles envers les appels à manifester contre le 5e mandat de Bouteflika. «L'urne doit être le seul arbitre entre les concurrents et les sages devraient se rendre aux urnes pour exprimer leur libre opinion au lieu de s'aventurer à jeter à nouveau nos enfants dans le bourbier de la discorde», a indiqué l'instruction du ministère, selon le média.

    Suite à l'annonce de la candidature du Président Abdelaziz Bouteflika à sa propre succession à l'élection présidentielle du 18 avril 2019, des manifestations populaires dénonçant cette candidature ont eu lieu dans plusieurs villes d'Algérie. Dans le même but, deux marches nationales soutenues par les partis d'opposition sont annoncées pour les 22 et 24 février. Réagissant à ces appels, le Front de libération nationale (FLN) a décidé de contre-attaquer en appelant ses militants à une contre-manifestation en faveur du Président sortant, prévue pour ce vendredi 22 février.

    Âgé de 81 ans, le Président Abdelaziz Bouteflika est à la tête de l'Algérie depuis 1999. Affaibli sur le plan de la santé après un AVC en 2013, il est candidat à sa propre succession pour un 5e mandat

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Encore un pays européen qui promet de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Tags:
    politique, exploitation, mosquées, manifestation, Front de libération nationale (FLN) algérien, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik