International
URL courte
3800
S'abonner

L’Iran «a démontré que les super-appareils états-uniens, leur tactique militaire et leurs activités de renseignement étaient vulnérables et imparfaits», a déclaré à Sputnik l’expert militaire iranien proche du GRI Hassan Shemshadi, en commentant un possible piratage des systèmes de contrôle des drones états-uniens par la partie iranienne.

Alors que les militaires iraniens déclarent être parvenus à pirater des systèmes de contrôle de drones états-uniens présents en Syrie et en Irak, la partie iranienne contre-espionnait en réalité de longue date des appareils militaires états-uniens, a déclaré à Sputnik Hassan Shemshadi, un expert militaire iranien proche du corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI), qui plus est correspondant de guerre en Syrie et en Irak.

«Malgré le fait que la déclaration d'Amir Ali Hajizadeh ait été faite maintenant, l'Iran avait déjà effectué des manœuvres similaires à plusieurs reprises», a-t-il expliqué.

En outre, depuis plusieurs années «les spécialistes de la division aérospatiale du GRI ont minutieusement surveillé tous les déplacements de ces drones états-uniens et possèdaient des informations complètes et précises sur leurs itinéraires, leurs objectifs et la nature de leurs activités de renseignement», a-t-il poursuivi.

Ainsi, les militaires iraniens ont décidé de sortir du silence afin de «montrer à quel point les déclarations des Américains sur la supériorité de leurs équipements de reconnaissance sont fausses, ces appareils étant censés ne pas pouvoir être piratés, saisis et contrôlés par quiconque», a souligné l'interlocuteur de l'agence.

En outre, M. Shemshadi a évoqué un autre «coup dur pour la réputation de l'US Air Force qui avait déclaré invincible sa puissance de combat»: il y a quelques années, des spécialistes iraniens «avaient eu accès à un drone états-unien moderne de reconnaissance, l'avaient fait atterrir et après l'avoir étudié en détail, ils avaient réussi à créer un analogue basé sur lui».

«Par conséquent, cette publication nous parle principalement des progrès techniques, des compétences et du professionnalisme de la jeune armée iranienne», a souligné Hassan Shemshadi.

«L'Iran, représenté par le GRI, a simplement prouvé une fois de plus que les États-Unis n'étaient pas la plus grande puissance possédant une force militaire et les meilleures technologies au monde. Le GRI a démontré que les super-appareils états-uniens, leur tactique militaire et leurs activités de renseignement étaient vulnérables et imparfaits».

Auparavant, le commandant des forces aériennes des Gardiens de la révolution islamique, Amir Ali Hajizadeh, avait fait état de sept ou huit cas de piratage depuis le sol d'appareils autonomes américains par les Iraniens, a indiqué l'agence Tabnak.

Lire aussi:

«Je ne peux pas appliquer la loi»: 74,19% du personnel non médical n'est pas encore vacciné
Le Pen «alerte» Macron sur le financement de la campagne présidentielle
«Petit 2010 de merde»: les raisons d’une campagne de haine visant les élèves de 6e
Sous-marins australiens: la Russie tourne la France en dérision en rappelant les Mistral
Tags:
Iran, États-Unis, Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), renseignement, militaires, drone, espionnage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook