International
URL courte
6372
S'abonner

Le chef de la diplomatie russe a admis la possibilité d’un déploiement de la police militaire de son pays à la frontière entre la Turquie et la Syrie lors du cessez-le-feu.

La police militaire russe pourrait être déployée dans la zone tampon à la frontière syro-turque, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov dans une interview à la télévision vietnamienne et chinoise.

Il s'agit, selon lui, de créer une zone tampon sur la base de l'accord signé en 1998 entre la Turquie et la Syrie et qui porte sur la coopération antiterroriste à la frontière commune, y compris la possibilité pour la Turquie d'agir du côté syrien sur certains tronçons de la frontière.

«Une concertation sur le format définitif de cette zone tampon, avec la participation de militaires, est sur le point de s'achever. Elle tiendra compte de la position de Damas et prendra maximalement en compte les intérêts de la Turquie», a-t-il indiqué.

Aucune mesure militaire n'est prévue pour l'instant, selon le ministre, mais la Russie a l'expérience d'accompagner des ententes en matière de cessez-le-feu avec la création de zones de désescalade par le déploiement de la police militaire russe.

«Une telle possibilité est également conservée pour cette zone tampon», a-t-il ajouté.

La Russie, l'Iran et la Turquie n'envisagent pas de mener des hostilités sur le territoire syrien, a assuré M.Lavrov. Moscou et Téhéran agissent en Syrie sur l'invitation de Damas. Ankara est préoccupé par la menace à la sécurité turque, mais les autorités syriennes protestent contre la présence militaire turcque en Syrie, a-t-il rappelé.

Lire aussi:

Un TGV ciblé par des tirs à Marseille
Voitures vandalisées, poubelles en feu: des violences éclatent après le match Portugal-France – vidéos
La décision de l’Assemblée sur le port du burkini dans les piscines va à l’encontre de ce que pensent les Français
Au Moyen-Orient, Pékin tisse sa toile alors que les troupes US quittent la région
Tags:
police militaire, zone tampon, Sergueï Lavrov, Turquie, Russie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook