Ecoutez Radio Sputnik
    Elections présidentielles au Sénégal, le 24 février 2019

    Présidentielle au Sénégal, le camp Macky Sall crie victoire... trop tôt, pour l'opposition

    © AFP 2018 SEYLLOU
    International
    URL courte
    Anicet Simo
    0 11

    Alors que la compilation des résultats de la présidentielle du dimanche 24 février est toujours en cours au Sénégal, la coalition présidentielle se déclare en mesure de revendiquer la victoire du Président Macky Sall. Pour Idrissa Seck et Ousmane Sonko, les deux principaux adversaires du Président sortant, un second tour est pourtant inévitable.

    Le camp du Président Macky Sall a revendiqué aux premières heures de ce lundi 25 février la victoire au premier tour de l'élection présidentielle du dimanche 24 février au Sénégal, par la voix de son Premier ministre, alors que les résultats officiels sont encore attendus.

    «Les résultats nous permettent de dire qu'il nous faut féliciter le Président Macky Sall pour sa réélection», a déclaré le chef du gouvernement, Mahammed Boun Abdallah Dionne, selon qui le chef de l'État sortant a remporté «au moins 57%» des suffrages.

    Le principal intéressé ne s'est quant à lui pas exprimé sur la question. Ses deux principaux rivaux avaient quelques minutes plutôt mis en garde contre toute proclamation prématurée de victoire du camp présidentiel, lors d'une conférence de presse conjointe.

    «À ce stade, un deuxième tour s'annonce et les résultats qui sont déjà compilés nous permettent de le dire», a déclaré l'ancien Premier ministre Idrissa Seck, qui se présente pour la troisième fois à la présidentielle, aux côtés du député «antisystème» Ousmane Sonko.
    «Cette volonté de changement, nous l'avons notée, et au regard des premières compilations d'information que nous avons, vous l'avez majoritairement exprimée en faveur de l'opposition», a ajouté M. Seck, en invitant les Sénégalais à «préparer soigneusement» le second tour.

    Ousmane Sonko, a quant à lui averti.

    «Dans l'état actuel du dépouillement, aucun candidat, je dis bien aucun candidat, moi y compris, ne peut se proclamer vainqueur de l'élection présidentielle.»

    Face à Macky Sall, 56 ans, largement en tête dans de nombreux bureaux de vote, selon de premiers résultats parcellaires égrenés par les médias locaux, seuls l'ancien Premier ministre Idrissa Seck, 59 ans et le député, ex-inspecteur des impôts Ousmane Sonko, 44 ans, paraissaient en mesure de se qualifier pour un éventuel second tour.

    Les résultats officiels des commissions de recensement des votes doivent être publiés dans chaque département avant mardi 26 février à midi, puis seront proclamés à l'échelle du pays par la Commission nationale de recensement au plus tard vendredi 1er mars à minuit. Un éventuel second tour, compte tenu des délais légaux de proclamation, de possibles contestations et de la campagne, se tiendrait vraisemblablement le 24 mars.

    Les Sénégalais votaient pour élire leur nouveau Président parmi cinq prétendants. Le scrutin s'est déroulé sans incident majeur, selon les différentes missions d'observation électorales.

    Lire aussi:

    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Gilets jaunes: l’armée sera déployée samedi pour sécuriser des bâtiments
    Tags:
    contestation, résultats, suffrages, élection présidentielle, Mahammed Boun Abdallah Dionne, Ousmane Sonko, Idrissa Seck, Macky Sall, Sénégal
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik