Ecoutez Radio Sputnik
    Jean-Claude Juncker

    L’appel de cette personne force Juncker à interrompre une conférence de presse (vidéo)

    © REUTERS / Vincent Kessler
    International
    URL courte
    6331

    Entendant son mobile sonner dans sa poche, Jean-Claude Juncker a décidé d'y répondre en pleine conférence de presse, lors du sommet entre l'Union européenne et la Ligue arabe en Égypte. «C'était le suspect habituel... ma femme!», a-t-il déclaré après avoir raccroché, sous le regard amusé des journalistes.

    Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a choisi d'interrompre son discours lors de la conférence de presse au sommet entre l'Union européenne et la Ligue arabe en Égypte.

    Son portable sonnant dans sa poche alors qu'il fait un discours et parle d'étudiants européens qui ont fait un séjour Erasmus dans le monde arabe, il décide de décrocher. Il parle à peine quelques secondes avant de déclarer, provoquant le rire des journalistes présents:

    «C'était le suspect habituel… ma femme!»

    Le premier sommet entre l'Union européenne et la Ligue des États arabes se tient depuis dimanche en Égypte. Il a rassemblé à Charm el-Cheikh une vingtaine de dirigeants européens et la plupart des dirigeants arabes.

    La conférence de presse réunit, outre Jean-Claude Juncker, le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le président du Conseil européen Donald Tusk et le Secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit.

    Lire aussi:

    Possible attentat aux Pays-Bas: la police révèle l'origine du tireur présumé
    «Ici c'est Nancy, pas l'Algérie»: face-à-face tendu avec des identitaires à Nancy (vidéos)
    À Paris, l’argent du trafic de drogue était bien au chaud dans une voiture diplomatique
    Tags:
    étudiants étrangers, conférence de presse, épouse, appel, portable, Ligue arabe, Commission européenne, Union européenne (UE), Ahmed Aboul Gheit, Donald Tusk, Abdel Fattah al-Sissi, Jean-Claude Juncker, Charm el-Cheikh, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik