Ecoutez Radio Sputnik
    Algérie

    Entre Macron et l’armée algérienne: le 5e mandat de Bouteflika est-il certain?

    © AFP 2019 RYAD KRAMDI
    International
    URL courte
    Présidentielle en Algérie (2019) (50)
    8416

    Le journaliste franco-algérien Mohamed Sifaoui a exprimé son incertitude quant au 5e mandat du Président algérien. D’un côté, le journaliste évoque le risque d’une «révolution de palais» dans les jours à venir. De l’autre, Emmanuel Macron «en personne» aurait donné, il y a quelques semaines, l’aval de la France à sa nouvelle candidature, selon lui.

    Le journaliste franco-algérien Mohamed Sifaoui, auteur d'«Où va l'Algérie?» et directeur du magazine Contre terrorisme, a accordé une interview à La Croix sur l'avenir de l'Algérie, où il déclare qu'il est probable que l'armée algérienne désigne dans les jours à venir le successeur d'Abdelaziz Bouteflika.

    «Il y a de forts tiraillements à l'intérieur du système. Une partie de l'armée lâche le clan Bouteflika. L'État-major est en réunion permanente depuis vendredi 22 février», a-t-il déclaré. «Rien ne se joue dans les urnes. Il n'y a pas d'élection, mais une désignation. Nous risquons d'assister dans les jours à venir à une révolution de palais. Le Président retirera-t-il sa candidature? L'armée jouera-t-elle le pourrissement pour justifier son intervention et l'activation de l'article 102 de la constitution pour déclarer l'empêchement du Président?».

    Dans le même temps, Le Parisien écrit, se référant au journaliste, que «c'est Emmanuel Macron en personne qui aurait donné, il y a quelques semaines, l'aval de la France à la nouvelle candidature, pour un cinquième mandat, du Président Abdelaziz Bouteflika».

    Abdelaziz Bouteflika, 81 ans et victime d'un AVC en 2013, au pouvoir sans interruption depuis 1999, a annoncé le 10 février qu'il briguera un cinquième mandat en Algérie. L'élection présidentielle algérienne se déroulera mi-avril.

    Des opposants à la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à la présidentielle ont manifesté vendredi 22 février dans plusieurs villes d'Algérie. Dimanche, de nombreux manifestants ont également défilé à Paris et à Alger.

    Dossier:
    Présidentielle en Algérie (2019) (50)

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Un dîner en ville qui passe mal
    Tags:
    mandat, Emmanuel Macron, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik