Ecoutez Radio Sputnik
    Construction du gazoduc Nord Stream 2

    Nord Stream 2: la directive de l'UE ne touchera presque pas le projet, selon Gazprom

    © Sputnik . Sergei Guneyev
    International
    URL courte
    Gazoduc Nord Stream 2 (190)
    3131
    S'abonner

    Les amendements à la directive de l'Union européenne sur le gaz ne s'appliqueront qu'à un «tout petit tronçon» du gazoduc Nord Stream 2, «moins de 20 kilomètres», a déclaré Elena Bourmistrova, directrice de la société Gazprom export.

    Une partie seulement du projet Nord Stream 2 sera concernée par les amendements à la directive de l'Union européenne, a affirmé Ielena Bourmistrova, directrice de la société Gazprom export.

    «Il est question d'un tout petit tronçon de la conduite, moins de 20 kilomètres», a-t-elle indiqué.

    Toutefois, a-t-elle souligné, il est encore trop tôt pour évaluer l'influence des amendements à la directive gazière européenne, étant donné que la réunion du Conseil TTE (transports, télécommunications et énergie) prévue pour mars pourrait apporter des changements supplémentaires.

    C'est en 2017 que la Commission européenne a proposé d'y inclure des clauses de ce type, afin que certaines normes de la législation énergétique soient appliquées à tous les gazoducs de l'UE en direction comme en provenance de pays tiers. Il s'agit notamment de l'établissement de tarifs au pompage du gaz, de l'accès de tierces parties au transit et de la séparation de l'activité de vente du transport de gaz.

    Ces amendements frapperaient de plein fouet le projet Nord Stream 2, mais des exceptions sont prévues et les règles seront différemment appliquées, selon qu'il s'agisse d'une conduite nouvelle ou préexistante.

    Le programme prévoit la construction d'un gazoduc d'une capacité de transfert de 55 milliards de mètres cubes par an, depuis la Russie jusqu'en Allemagne en passant par la mer Baltique, soit une longueur de plus de 1.200 kilomètres. Des autorisations ont d'ores et déjà été délivrées par l'Allemagne, la Finlande et la Suède.

    Les États-Unis s'opposent énergiquement à ce projet dans l'espoir d'exporter leur GNL en Europe, tout comme l'Ukraine qui redoute de perdre les recettes issues du transit du gaz russe.

    Quant à la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, elles ont déclaré qu'elles n'approuvaient pas le gazoduc, leurs dirigeants étant certains que c'était un projet politique.

    La Russie a déclaré plusieurs fois qu'il s'agissait d'un gazoduc purement commercial et compétitif, tandis que Vladimir Poutine a souligné que l'élaboration du Nord Stream 2 ne signifiait pas pour autant l'arrêt du transit de gaz russe via l'Ukraine.

    Dossier:
    Gazoduc Nord Stream 2 (190)
    Tags:
    gaz naturel liquéfié (GNL), gazoduc, transports, ventes, transit, pompage, gaz, amendements, Nord Stream 2, Gazprom, Commission européenne, Union européenne (UE), Vladimir Poutine, Pologne, Europe, Lituanie, Lettonie, Suède, Finlande, mer Baltique, Ukraine, États-Unis, Russie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik