Ecoutez Radio Sputnik
    Le destroyer USS Gravely (DDG 107)

    Défense russe: la flotte surveille le destroyer US arrivé en mer Baltique

    © AFP 2019 Paul Farley / US Navy Media Content Services
    International
    URL courte
    10502

    Le destroyer américain USS Gravely capable de porter de missiles Tomahawk et Aegis est entré en mer Baltique, il est surveillé en permanence par l’armée russe, a annoncé le centre russe de contrôle de la Défense.

    Les forces de la flotte russe de la Baltique suivent les déplacements du destroyer USS Gravely, qui se trouve depuis 14h00, heure de Moscou, en mer Baltique, a annoncé mardi soir le centre russe de contrôle de la Défense.

    «Le destroyer USS Gravely de la Marine américaine a pénétré en mer Baltique le 26 février, à 14h00. Les navires de la flotte de la Baltique assurent une surveillance permanente du destroyer américain», lit-on dans le communiqué.

    Le destroyer USS Gravely (DDG-107), navire-amiral du Standing NATO Maritime Group 1 (SNMG1), l'un des groupes navals de l’Alliance, se rend pour la deuxième fois en mer Baltique en 2019. En janvier, il y a passé 19 jours. Pendant sa mission, le navire a fait escale à Copenhague et à Kiel.

    Le destroyer est capable de transporter jusqu’à 56 missiles de croisière Tomahawk, d’une portée de 1.600 km. Il est également doté du système de défense antimissile Aegis.

    Des médias ont précédemment annoncé que le destroyer USS Donald Cook (DDG-75) se trouvait en mer Noire depuis le 19 février. Ce navire est arrivé lundi à Odessa où il restera jusqu’au 27 février.

    Lire aussi:

    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    destroyer, surveillance, navires, USS Gravely, Standing NATO Maritime Group 1 (SNMG1), US Navy, OTAN, Flotte russe de la mer Baltique, Russie, mer Baltique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik