International
URL courte
9641
S'abonner

Donald Trump a «personnellement» approuvé une cyber-opération américaine visant à bloquer l’accès internet de l'organisation russe Internet Research Agency durant les élections de mi-mandat aux États-Unis en 2018, selon la chaîne NBC News.

Donald Trump a donné «personnellement» le feu vert à une opération des cyber-forces américaines en vue de contrer l'activité de l'Internet Research Agency (Centre de recherche d'internet), relate NBC News, se référant à ses propres sources proches du dossier.

Le destroyer USS Gravely (DDG 107)
© AFP 2021 Paul Farley / US Navy Media Content Services
L'opération en question, poursuit la chaîne, est «la plus agressive» réalisée par l'administration Trump pour contrer «l'ingérence russe dans les élections américaines».

Les renseignements américains ont accusé la Russie d'«ingérence» dans l'élection présidentielle de 2016. La Russie a plusieurs fois démenti toutes les allégations selon lesquelles elle aurait influencé la présidentielle américaine ou les élections dans d'autres pays. Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, les a qualifiées d'«absolument infondées». Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a aussi noté qu'il n'existait aucune preuve qui puisse confirmer cette hypothèse.

À la Maison-Blanche, l'attitude sur cette question ne cesse de varier. Lors d'une conférence de presse avec Vladimir Poutine à l'issue du sommet d'Helsinki, en Finlande, Donald Trump a déclaré que les «deux parties» étaient responsables du scandale de la prétendue ingérence russe, provoquant ainsi une avalanche de critiques à l'intérieur de son pays. Le dirigeant américain a précisé qu'il ne voyait pas de preuves de l'ingérence russe dans le scrutin. Mais, dès le mardi suivant, il a déclaré s'être trompé et avoir voulu dire le contraire.

Lire aussi:

«Colère», «dégoût», «honte»: pourquoi tant de haine envers Emmanuel Macron?
Le missile auquel Israël a riposté en frappant la Syrie a explosé près d’une centrale nucléaire
Discours de Vladimir Poutine: «les Occidentaux ont tendance à réagir un peu comme des enfants frustrés»
Les concepteurs du Spoutnik V «étonnés» par le silence des médias sur les décès après injection du Pfizer
Tags:
Internet Research Agency, Donald Trump, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook