International
URL courte
Par
2322102
S'abonner

Sommes-nous à la veille d'un retournement d'alliance? Alors que la relation entre l'Iran et la Russie n'a jamais semblé aussi forte, Poutine reçoit Netanyahou, qui souhaite que Moscou fasse pression sur Téhéran pour qu'il retire ses troupes de Syrie. Pourtant, le partenariat entre la Russie est bien plus vaste qu'une coopération militaire. Analyse.

En ce mois de février 2019, après les commémorations des 40 ans de la révolution islamique, l'Iran est de nouveau au centre de l'actualité mondiale.

En trois jours, Mohammad Javad Zarif, ministre des Affaires étrangères iraniennes, a présenté sa démission, qui a été acceptée; Hassan Rohani et Ali Khamenei ont reçu à Téhéran Bachar al-Assad et ce 27 février, Benjamin Netanyahou doit convaincre Vladimir Poutine, à Moscou, de faire pression sur l'Iran pour que ses troupes quittent la Syrie.

Ces derniers évènements pourraient-ils signifier un basculement des alliances au Moyen-Orient, au point de rompre la relation entre l'Iran et la Russie?

Pourtant, en 2019, celle-ci semble n'a jamais semblé aussi solide: guerre en Syrie et lutte contre le terrorisme, accords sur le nucléaire de 2015 et de la Caspienne en 2018, création de zones de libre-échange… Mais peut-on parler d'une alliance entre Téhéran et Moscou ou d'un partenariat de circonstance, amené à se solder par une rupture? Décryptage.

Lire aussi:

«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Tags:
sanctions contre l'Iran, missile, alliance militaire, milices chiites irakiennes, minerais, partenariat, sanctions économiques, entreprise, rupture, échanges, politique étrangère, missiles balistiques, alliance, relations, ministre, rebelles, crise, missiles sol-air, chiites, ambassadeur, milice, commerce, sunnites, démission, défense antiaérienne, Houthis, attentat, nucléaire, gaz, terrorisme, économie, guerre, pétrole, djihadisme, armements, sanctions, Daech, Union économique eurasiatique (UEEA), Al-Qaïda, Union européenne (UE), Hezbollah, Etat islamique, Mike Pompeo, John Bolton, James Mattis, Donald Trump, Hassan Rohani, Emmanuel Macron, ayatollah Ali Khamenei, Mohammad Javad Zarif, Bachar el-Assad, Sergueï Lavrov, Vladimir Poutine, Sistan-Baloutchistan, Hodeida, Minbej, mer Caspienne, Idlib, Téhéran, Beyrouth, Bagdad, Jérusalem, Tel Aviv, Sanaa, Pakistan, Afghanistan, Washington, Proche-Orient, Damas, Ankara, Turquie, Pékin, Moscou, Liban, Iran, Israël, Chine, Yémen, Syrie, Paris, France, Irak, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook