International
URL courte
10518
S'abonner

Fin novembre, l’armée française a annoncé qu’Amadou Koufa, l’un des principaux chefs djihadistes maliens, avait été tué lors d’un bombardement. Selon une vidéo obtenue par la chaîne d’informations France 24, le chef de la katiba Macina serait toujours en vie.

Le chef djihadiste peul Amadou Koufa, qui avait été annoncé mort par les autorités françaises et maliennes fin novembre 2018, est vivant, a indiqué la chaîne France 24, jeudi 28 février.

Le média français a obtenu une vidéo d'une durée de 19 minutes et 23 secondes dans laquelle le chef djihadiste dément sa propre mort face à deux personnes qui le questionnent en arabe et en anglais.

Aucun élément ne permet de dater l'enregistrement, mais on y voit Amadou Koufa évoquer le discours de la ministre des Armées, qui, le 28 novembre, confirmait sa mort devant l'Assemblée nationale française. En outre, se prononçant le 20 février lors d'une audition devant la commission de la défense du Sénat, Florence Parly a également rappelé que l'armée française avait porté un «très rude coup à la katiba Macina».

Contacté par RFI, l'état-major a dit analyser cette vidéo avec beaucoup de prudence et a mentionné que la mort d'Amadou Koufa avait été considérée comme «probable» après le raid survenu dans la nuit du 22 au 23 novembre. Toutefois, ils reconnaissent qu'elle n'avait jamais été confirmée à 100%, aucune preuve tangible n'étant venue la confirmer.

Amadou Koufa, le chef de la composante peul du groupe djihadiste JNIM, dépendant d'AQMI⃰ et d'Al-Qaïda* centrale, a été annoncé mort par les autorités françaises et maliennes le 23 novembre 2018. Son décès avait été démenti au préalable par certaines sources locales.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

La photo d’un repas proposé dans un Ehpad du Finistère fait polémique
Frappes américaines en Syrie: Moscou réagit
Un «nouveau variant» du drapeau tricolore? Une bourde commise pendant les annonces de Castex ne passe pas inaperçue
Les États-Unis procèdent à des frappes en Syrie
Tags:
djihadisme, Florence Parly, Mali, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook