Ecoutez Radio Sputnik
    Mafia (image d'illustration)

    Le deuxième plus dangereux criminel italien interpellé à Naples après 14 ans de cavale

    CC BY 2.0 / Eneas De Troya / Mafias del Mundo: The Carlton Crew
    International
    URL courte
    1252

    Le chef de la mafia napolitaine Camorra, Marco Di Lauro, considéré comme le numéro deux des criminels italiens les plus dangereux, a été arrêté en Italie après 14 ans de cavale.

    Le chef de la mafia napolitaine Camorra a été interpellé ce samedi 2 mars, selon la presse locale. Marco Di Lauro a occupé pendant longtemps la deuxième place sur la liste des criminels les plus dangereux d'Italie. L'interpellation a été faite à Naples suite à une opération conjointe de la police et des carabiniers. Marco Di Lauro, âgé de 38 ans, a été arrêté sans résistance dans le quartier de Chiaiano, où il se trouvait avec sa femme.

    Le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini, a salué une opération très importante.

    «Pas de répit pour les criminels», a-t-il commenté.

    En mai 2012, la cour d'appel de Naples a condamné Marco Di Lauro à l'emprisonnement à perpétuité pour l'assassinat d'un jeune italien innocent Attilio Romano fait par les mafieux par erreur en janvier 2005.

    Marco Di Lauro a pris la fuite après qu'il a échappé à un coup de filet de la police connu sous le nom de «nuit des menottes». Son père Paolo était à la tête de la Camorra, qui contrôlait les quartiers pauvres de Scampia et de Secondigliano à Naples, relate l'AFP.

    Depuis 2004, Marco Di Lauro a été la deuxième personne la plus recherchée en Italie pour ses activités liées à la mafia. Il n'était précédé que par le chef de la mafia sicilienne Cosa Nostra, Matteo Messina Denaro.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Des policiers ont gazé et frappé un Gilet jaune qui porterait des appareils pour raisons de santé (vidéo)
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    Tags:
    police, fuite, interpellation, mafia, Matteo Salvini, Naples, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik