Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers britanniques à  Amesbury

    «Trahi par le gouvernement», le fils de la Britannique décédée à Amesbury écrit à Poutine

    © AP Photo / Matt Dunham
    International
    URL courte
    121720

    Le fils de la Britannique Dawn Sturgess, décédée des suites d’un empoisonnement par un agent innervant dans la ville d’Amesbury, a déclaré que Londres avait trahi sa famille et a écrit une lettre au Président russe, selon le Sunday Mirror.

    Ewan Hope, fils de Dawn Sturgess, décédée à Amesbury suite à un empoisonnement par un agent innervant, se bat pour que justice soit rendue à sa mère, affirmant qu'il n'a reçu aucun soutien de la part du gouvernement, annonce le Sunday Mirror.

    «Je crains que justice ne soit jamais rendue à Maman et je me sens trahi et laissé tomber par le gouvernement… Nous n'avons rien entendu de Theresa May ni du gouvernement: pas un coup de fil, une lettre ou quoi que ce soit», a raconté M. Hope dans une interview accordée au Sunday Mirror.

    Il a ajouté que sa famille apprenait les avancées de l'enquête grâce aux médias, de la même manière que tout le monde.

    Déçu par l'indifférence du gouvernement britannique, il a décidé de chercher secours auprès du Président russe: «je suis désespéré. M. Poutine est le seul homme capable d'assurer la justice. J'ai besoin de son aide pour que justice soit rendue dans l'affaire de ma mère. Je compte sur lui».

    Ainsi, Ewan Hope a écrit une lettre à Vladimir Poutine dans laquelle il évoque la douleur ressentie par lui et les siens.

    «La police britannique pense qu'au moins deux citoyens russes sont responsables de sa mort, mais il semble qu'ils soient protégés par votre État. Je fais appel à vous en tant qu'être humain pour permettre à nos officiers d'interroger ces hommes sur le meurtre de ma mère», a-t-il exhorté le Président russe.

    Le 30 juin dernier, Dawn Sturgess, 44 ans, et Charlie Rowley, 45 ans, ont été retrouvés inconscients dans leur maison d'Amesbury, dans le Wiltshire. Dawn Sturgess est décédée le 8 juillet, Charlie Rowley a repris conscience et a été interrogé par la police.

    Amesbury est situé à une dizaine de kilomètres de Salisbury. Les enquêteurs chargés d'établir les circonstances de l'empoisonnement à Amesbury ont affirmé que Mme Sturgess et M. Rowley avaient été empoisonnés par le même agent innervant A-234 que les Skripal. Londres a rejeté la responsabilité des deux incidents sur Moscou. La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Sergueï Skripal et sa fille ont quitté l'hôpital respectivement en mai et en avril 2018.

    Lire aussi:

    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Emmanuel Macron s’enfonce toujours plus dans les sondages
    Un dîner en ville qui passe mal
    Tags:
    agent innervant, empoisonnement, lettre, Dawn Sturgess, Theresa May, Vladimir Poutine, Amesbury
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik