International
URL courte
27777
S'abonner

La partie américaine veut créer «une coalition aussi large que possible» afin d'assurer le transfert de pouvoir de Nicolas Maduro à Juan Guaido, a reconnu John Bolton.

Les États-Unis souhaitent créer une coalition en vue de changer le pouvoir au Venezuela, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton.

«Nous cherchons à recueillir un soutien pour le transfert pacifique du pouvoir de Nicolas Maduro à Juan Guaido, que nous reconnaissons comme Président par intérim […]. Je voudrais voir une coalition aussi large que possible pour changer Maduro et l'ensemble de son régime corrompu», a fait savoir M.Bolton dans un entretien accordé à CNN.

Selon lui, Washington ne renonce pas à la doctrine Monroe qui veut que les États-Unis sont responsables de ce qui se passe sur le continent américain, considéré comme leur zone d'influence.

«Comme j'ai déjà dit à la fin de l'année dernière, nous suivons de près la "troïka de la tyrannie", à savoir Cuba, le Nicaragua et Maduro», a souligné le responsable.

Fin janvier, l'opposant vénézuélien Juan Guaido s'est autoproclamé Président en exercice du pays et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a alors reconnu en tant que Président par intérim.

Une cinquantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, ont suivi l'exemple de Washington. La France a également reconnu M.Guaido comme «Président en charge». La Chine, la Russie, la Turquie et le Mexique ont apporté leur soutien au gouvernement en place.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
ingérence, changement de régimes, protestations, crise, doctrine Monroe, Donald Trump, Juan Guaido, Nicolas Maduro, John Bolton, États-Unis, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook