Ecoutez Radio Sputnik
    Meghan Markle, la duchesse de Sussex

    Un complot organisé par «des hommes en gris» vise Meghan Markle, selon un biographe royal

    © AFP 2019 Tolga Akmen
    International
    URL courte
    71721
    S'abonner

    «Des hommes en gris» du palais de Buckingham complotent pour destituer Meghan Markle et représentent une menace pour le prince Harry, a déclaré Anna Pasternak, biographe de la famille royale, dont les propos ont été cités par le quotidien britannique The Daily Mirror.

    Un complot contre Meghan Markle, l'épouse du prince Harry, est en train d'être fomenté. Cette déclaration d'Anna Pasternak, biographe de la famille royale, a été publiée par The Daily Mirror.

    Selon elle, «des hommes en gris» du palais de Buckingham estiment que la duchesse de Sussex constitue une menace pour le trône et ils élaborent un projet de destitution de cette dernière.

    «Je m'inquiète pour Meghan et Harry. J'ai peur que leur étoile s'élève si haut que les courtisans appelés "hommes en gris" par la princesse Diana puissent constituer une menace pour le prince.»

    «Meghan est comme une grenade jetée dans ce système archaïque. Des explosions ont déjà commencé et je pense qu'elles continueront à se produire», a affirmé Mme Pasternak. Cependant, l'écrivaine espère que Meghan Markle sera finalement perçue comme une femme digne, généreuse et spirituelle, qui a été calomniée de manière injuste.

    En février, l'interdiction de tenir son épouse, le prince Harry, par la main a été imposée à la duchesse de Sussex. Selon ses conseillers, cette manière d'exprimer ses sentiments irrite les gens et peut mettre la réputation du couple en péril. C'est pourquoi aucun membre supérieur de la famille royale, y compris la reine Élisabeth, le prince William et son épouse Kate Middleton, ne se comporte ainsi.

    Tags:
    famille royale, complot, Palais de Buckingham, Kate Middleton, prince William, reine Elisabeth II, prince Harry, Meghan Markle, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik