International
URL courte
7228
S'abonner

Pour Google, l'application mise en ligne par le gouvernement saoudien et permettant aux hommes de contrôler les déplacements de leur femme est conforme à ses conditions de service.

Le géant du numérique Google a décidé de ne pas retirer de sa boutique en ligne l'application Absher, développée à la demande du gouvernement saoudien et faisant l'objet de critiques des défenseurs des droits de l'Homme, relatent les médias occidentaux.

Repérée auparavant par le site américain Insider, l'application en question permet à chaque mari d'émettre et de révoquer une autorisation de sortie du territoire pour son épouse. Les hommes peuvent ainsi être alertés par SMS lorsque leur femme s'identifie à un poste-frontière ou dans un aéroport.

Disponible sur les boutiques officielles de Google et Apple, cette application suscite de vives critiques envers les deux sociétés. Ainsi, l'ONG Human Rights Watch rappelle qu'Apple et Google «ont des règles contre les applications qui facilitent les menaces et le harcèlement». Or, après avoir examiné Absher, Google a conclu que l'application ne violait pas ses conditions de service.

En vertu du système de tutelle en place en Arabie saoudite, chaque résidente du pays doit avoir un tuteur masculin, généralement un parent, qui doit lui accorder la permission avant tout voyage. C'est ce qui explique peut-être la popularité de l'application controversée: rien que sur Android, Absher a été téléchargée plus d'un million de fois.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Macron au Liban: cette «déambulation dans les rues ressemblait plus à une campagne à l’adresse des Français»
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Le corps d’un homme mort depuis six ans découvert grâce… à des pigeons
Tags:
critiques, application, femmes, droits de l’homme, Human Rights Watch (HRW), Apple, Google, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook