International
URL courte
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)
6302
S'abonner

Depuis un an déjà, la Russie n’a obtenu aucun détail concernant l’empoisonnement de l’ex-agent russe Sergueï Skripal à Salisbury, dont Londres accuse Moscou sans toutefois fournir de preuves, a annoncé la porte-parole de la diplomatie russe, évoquant un «anniversaire tragicomique».

Un an après l'incident de Salisbury, Moscou ne sait toujours pas ce qui est arrivé à Sergueï et à Ioulia Skripal, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

«C'est un anniversaire tragicomique. Nous ignorons toujours ce qui est arrivé aux Skripal. Nous avons vu une ou deux fois Ioulia Skripal en vidéo. Et il y a eu une sorte de déclaration et ses propos épars par téléphone. C'est tout. Personne n'a vu M. Skripal», a indiqué Mme Zakharova dans une interview accordée au quotidien Komsomolskaïa pravda.

L'absurdité de la situation, selon elle, commence par l'absence de chronologie des faits. «Qu'est-ce qui s'est passé et à quelle heure? Qui se trouvait où? (…) Quelles étaient les actions des témoins et qui étaient-ils? (…) Nous ne pouvons pas avoir de réponses à ces questions des plus simples», a ajouté la diplomate.

Toutes les charges ont déjà été émises et les châtiments distribués, selon elle.

L'ex-agent double Sergueï Skripal, condamné jadis en Russie pour haute trahison, ainsi que sa fille Ioulia, ont été empoisonnés le 4 mars 2018 à Salisbury et retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. L'empoisonnement a provoqué un scandale international. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière cet acte. Moscou nie catégoriquement son implication. Le ministère russe des Affaires étrangères a adressé à Londres une soixantaine de notes diplomatiques exigeant d'accorder à la Russie l'accès à l'enquête. Londres laisse sans réponses toutes les propositions de Moscou de coopération en la matière.

Dossier:
Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (104)

Lire aussi:

Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Un scénario militaire pour «reprendre la Crimée» à la Russie? L’Ukraine a tranché
Entre 40 et 70% de l’humanité sera infectée par le coronavirus dans l’année, alerte un chercheur de Harvard
Tags:
enquête, empoisonnement, Maria Zakharova, Sergueï Skripal, Ioulia Skripal, Salisbury, Royaume-Uni, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook