International
URL courte
24257
S'abonner

Candidate à l’élection en 2008 et en 2016, l'ex-secrétaire d'État Hillary Clinton a déclaré dans une interview qu’elle n’envisageait pas ni de briguer la présidence américaine en 2020, ni d'occuper de nouvelles fonctions publiques.

Hillary Clinton a exclu pour la première fois lundi de se présenter à la présidentielle américaine de 2020, lors d'un entretien à News 12, une chaîne de télévision locale de New York.

«Je ne me présente pas mais je vais continuer à parler et à défendre ce en quoi je crois», a déclaré Mme Clinton, qui a perdu la présidentielle en 2016 face au candidat républicain Donald Trump.

«Je veux m'assurer que les gens comprennent que je vais continuer à m'exprimer», a-t-elle cependant souligné. «Je ne vais nulle part. Ce qui est en jeu dans notre pays, ce qui se passe en ce moment, m'inquiète profondément».

Mme Clinton a déjà rencontré des personnalités démocrates qui souhaitent se lancer dans la course à la Maison Blanche pour 2020.

L'ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, serait notamment candidat à la présidentielle, selon la chaîne américaine CNN.

«J'ai dit à chacun d'entre eux de ne rien tenir pour acquis, même si nous avons une longue liste de réels problèmes et de promesses non tenues de la part de cette administration [Trump, ndlr] qui méritent d'être soulignés», a expliqué Mme Clinton.

Interrogée sur son souhait d'occuper de nouvelles fonctions publiques, elle a semblé éviter d'écarter cette possibilité.

«Je ne pense pas, mais j'aime vivre à New York et je suis tellement reconnaissante d'avoir eu la chance d'être sénatrice pendant huit ans et de travailler avec des gens de tout l'État», a déclaré l'ancienne sénatrice de l'État de New York.

Lire aussi:

Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
élection présidentielle, Hillary Clinton, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook