Ecoutez Radio Sputnik
    Protestations en Algérie

    L'armée algérienne promet d'empêcher l'effusion de sang dans le pays

    © AFP 2019 Ryad Kramdi
    International
    URL courte
    Présidentielle en Algérie (2019) (50)
    6220

    Sur fond de protestations de masse qui se déroulent en Algérie, le chef d'état-major de l'armée nationale a promis d'assurer la sécurité et d'empêcher le retour à l'époque de l'effusion de sang, rapporte la chaîne Ennahar TV.

    Les militaires algériens ne laisseront pas le pays sombrer de nouveau dans l'effusion de sang, a affirmé le chef d'état-major de l'armée Ahmed Gaïd Salah cité par la chaîne Ennahar TV.

    Selon lui, «certaines parties» cherchent aujourd'hui à provoquer le retour aux «années de douleur», en référence à la guerre civile algérienne des années 1990 qui a fait d'après diverses estimations de 60.000 à 150.000 morts, ainsi que des milliers de disparus et un million de personnes déplacées.

    Cette déclaration intervient sur fond de protestations de masse déclenchées par l'annonce de la candidature du Président sortant Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, pour son cinquième mandat à la tête du pays.

    Dans sa lettre lue à la télévision nationale, le Président a annoncé que «si le peuple algérien me renouvelle sa confiance» le 18 avril, «je prends solennellement devant Dieu, et devant le peuple algérien» l'engagement d'organiser «une élection présidentielle anticipée» dont la date sera arrêtée par une «conférence nationale» mise en place après le scrutin.

    L'élection présidentielle algérienne est programmée pour le 18 avril prochain.

    Dossier:
    Présidentielle en Algérie (2019) (50)

    Lire aussi:

    Michel Maffesoli: «nous allons voir resurgir des manifestations tribales!»
    Violences au Mans: un forain grièvement blessé au pied (vidéo choc)
    Le ministère de la Défense annonce la mort de trois militaires russes en Syrie
    Tags:
    élection présidentielle, sécurité, armée, protestations, présidentielle algérienne 2019, Ennahar TV, Ahmed Gaïd Salah, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik