Ecoutez Radio Sputnik
    Des djihadistes à Alep

    L'Autriche ne rapatriera pas ses ressortissants ayant rejoint Daech

    © AFP 2018 Fadi al-Halabi
    International
    URL courte
    15440

    L'Autriche a l'intention de retirer la protection consulaire à ses ressortissants qui ont rejoint Daech*, rapporte le journal Presse. Le ministre de l’Intérieur a précisé que les personnes concernées ne seront pas rapatriées.

    Le journal autrichien Presse a annoncé que les conditions d'obtention et de retrait de la protection consulaire accordée par l'Autriche seront modifiées afin de priver les ressortissants ayant rejoint les membres de Daech* de cette protection. Cette déclaration intervient en plein débat en Europe quant au sort à réserver aux Européennes djihadistes présents en Syrie et en Irak.

    Selon le média, la loi concernée sera modifiée mercredi en Conseil des ministres. Avec les nouvelles dispositions, la protection consulaire ne sera pas accordée aux personnes mettant en danger l'ordre et la sécurité publics.

    «À cet égard, nous ne rapatrieront pas ces personnes», a déclaré le ministre autrichien de l'Intérieur, Herbert Kickl.

    «Les individus qui ont rejoint des organisations terroristes et ont rejeté les valeurs fondamentales de la société autrichienne n'ont pas à revendiquer de l'aide de la part de l'Autriche», a conclu Vienne.

    Donald Trump a précédemment demandé aux pays européens, y compris à la Grande-Bretagne, à la France et à l'Allemagne, de rapatrier plus de 800 combattants de Daech* capturés en Syrie et de les traduire en justice.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Gilets jaunes: l’armée sera déployée samedi pour sécuriser des bâtiments
    Tags:
    rapatriement, djihadisme, Daech, Herbert Kickl, Donald Trump, Royaume-Uni, Autriche, Europe, Syrie, France, Irak, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik