Ecoutez Radio Sputnik
    Union européenne

    Tribune sur la «renaissance européenne»: Macron propose, l'Europe dispose

    © Sputnik . Alexey Vitvitsky
    International
    URL courte
    785

    Les propositions formulées par le Président de la République dans une tribune consacrée à la «renaissance européenne» ont reçu un accueil mitigé. Quid des réactions de différents pays?

    À l'approche des élections européennes prévues le 26 mai, Emmanuel Macron a formulé une série de propositions dans une lettre intitulée «Pour une renaissance européenne» et diffusée dans les 28 pays membres de l'UE. Il y a donné des idées concrètes en vue de transformer l'Europe en pôle de «liberté, de protection et de progrès».

    Les réactions sont nombreuses, mais demeurent mitigées.

    Ainsi, le Premier ministre belge, Charles Michel, a twitté dès le lendemain son soutien «pour un nouvel élan du projet européen». Interrogé par le quotidien Le Soir, il a déclaré apporter «un large soutien à cet appel, qui correspond amplement à des opinions ou propositions [qu'il a] exprimées lors de [ses] interventions» précédentes.

    Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a salué, par la voix de son porte-parole cité par Le Figaro, «la contribution importante au débat européen» du Président français. Toutefois, selon un autre porte-parole de la Commission, «plusieurs éléments présentés par le président Macron correspondent à des structures ou bien déjà existantes ou que cette Commission a déjà proposées et est en train de mettre en œuvre».

    Berlin semble manifester une grande retenue.

    «Il est important que les forces pro-européennes présentent leurs idées avant les élections», a ainsi déclaré un porte-parole du gouvernement allemand, selon Le Figaro.

    De même, le vice-chancelier et ministre des Finances social-démocrate, Olaf Scholz, s'est simplement félicité qu'Emmanuel Macron ait donné un «signal résolu en faveur de la cohésion en Europe», a noté Le Monde.

    L'AfD a critiqué les propositions du dirigeant à la tête de l'Hexagone en lui conseillant tout d'abord de «résoudre les problèmes de la France». «Et sans l'argent des Allemands», a ajouté, d'après Le Figaro, Jörg Meuthen, la tête de liste du parti.

    Les Italiens semblent eux aussi garder leurs distances.

    «Il [Emmanuel Macron, ndlr] souhaite qu'un Conseil de sécurité intérieure européen gère l'immigration, avec une véritable protection des frontières communes et un espace Schengen ouvert uniquement aux pays qui respectent leurs obligations en matière de responsabilité», écrit La Stampa, avant de faire remarquer entre parenthèses: «ce message s'adresse principalement à l'Italie».

    Les grands titres de la presse italienne se sont montrés assez réservés et aucun grand journal n'en avait fait sa manchette, a remarqué Le Figaro.

    Outre-Manche, le discours du Président français semble avoir été pratiquement ignoré.

    «Les brexiters devraient remercier Emmanuel Macron: sa vision de l'UE montre pourquoi nous devons partir», ainsi The Telegraph titre-t-il l'un de ses articles, paru le 5 mars. Avant de renchérir avec un autre, publié le même jour: «Emmanuel Macron représente désormais un risque plus important pour l'UE que le Brexit».

    The Express cite pour sa part l'eurodéputé hongrois György Schöpflin qui «ridiculise la vision fantaisiste de Macron sur l'UE», ainsi que les critiques formulées par la députée européenne Christine Revault d'Allonnes Bonnefoy, qui a accusé Emmanuel Macron d'avoir deux visages, comme Dr Jekyll et Mr.Hyde.

    Le Figaro rappelle de son côté la déclaration de l'ancien ministre des Affaires européennes de Tony Blair, Denis MacShane, qui a salué le «culot» d'Emmanuel Macron dans «l'intervention la plus extraordinaire dans la politique européenne depuis que Churchill a enjoint de façon répétée aux Européens de s'unir entre 1945 et 1951».

    Le journal néerlandais De Volkskrant rappelle qu'Emmanuel Macron «regorge de vues grandioses et d'idées ambitieuses», mais que la réalisation de ses projets n'est pas évidente, comme «les Gilets jaunes l'ont clairement indiqué».

    Pour ce qui est du Premier ministre hongrois, Viktor Orban, d'habitude très critique à l'égard de l'Union européenne, il a souligné, dans un courriel adressé à Reuters, que cette tribune «pourrait marquer le lancement d'un débat européen sérieux» et devenir «un bon point de départ pour un dialogue sérieux et constructif sur l'avenir de l'Europe».

    Emmanuel Macron a présenté une série de propositions dans une lettre intitulée «Pour une renaissance européenne» parue dans les 28 pays membres de l'Union européenne. Dans cette tribune, il a exprimé des propositions concrètes en vue de transformer l'Europe en pôle de «liberté, de protection et de progrès».

    Lire aussi:

    Au moins deux morts après un atterrissage en urgence en Russie (vidéo)
    La canicule fait ses premiers morts en France
    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    Tags:
    élections européennes, critiques, lettre, Le Soir, La Stampa, Alternative pour l'Allemagne (AfD), Reuters, The Telegraph, Le Monde, Le Figaro, Commission européenne, Union européenne (UE), Denis MacShane, Christine Revault d'Allonnes Bonnefoy, György Schöpflin, Olaf Scholz, Jörg Meuthen, Charles Michel, Tony Blair, Emmanuel Macron, Viktor Orban, Jean-Claude Juncker, Winston Churchill, Royaume-Uni, Italie, Berlin, Europe, Belgique, Hongrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik