Ecoutez Radio Sputnik
    Elliott Abrams

    Un haut diplomate US piégé dévoile les projets de son pays concernant le Venezuela (vidéo)

    © AP Photo / Alex Brandon
    International
    URL courte
    4520213

    Deux prankeurs russes se sont entretenus avec l’envoyé spécial des États-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams. Interrogés par Sputnik, ils précisent ce qu’ils ont appris sur les projets d’invasion américaine au Venezuela, le gel des comptes de Nicolas Maduro en Suisse et les mécanismes secrets de la politique.

    Croyant s’entretenir avec le Président suisse, Ueli Maurer, le représentant spécial des États-Unis pour le Venezuela, Elliott Abrams, a insisté sur le gel des comptes de sociétés et fonctionnaires vénézuéliens et aidé à organiser une attaque médiatique contre une fondation choisie au hasard par des prankeurs, a expliqué à Sputnik l’un des organisateurs du canular téléphonique, Alexeï Stoliarov.

    Les imitateurs russes Vladimir Kouznetsov, alias Vovan, et Alexeï Stoliarov, alias Lexus, ont contacté le bureau de M.Abrams le 19 février, dans l’espoir d’apprendre le rôle de Washington dans le coup d’État au Venezuela et les projets du département d’État concernant ce pays. Se faisant passer pour le Président suisse, M.Stoliarov a annoncé à M.Abrams que des personnes de l’entourage du Président Maduro ainsi que la société pétrolière vénézuélienne PVDSA avaient des comptes en Suisse.

    Réponse d'Elliott Abrams aux prankeurs Vovan et Lexus
    © Photo.
    Réponse d'Elliott Abrams aux prankeurs Vovan et Lexus

    «M.Abrams a insisté pour que tous ces comptes soient gelés en Suisse comme c’était déjà le cas aux États-Unis, sans toutefois fournir de preuves montrant que ces comptes étaient illégaux. M.Abrams a en outre déclaré que si la Suisse ne gelait pas les comptes et si l’argent de M.Maduro quittait le territoire suisse, elle pourrait être visée par une plainte de Juan Guaido après son arrivée au pouvoir», a indiqué M.Stoliarov.

    Après cet entretien, le pseudo-Président suisse a été contacté par «l’ambassadeur du nouveau gouvernement vénézuélien», Carlos Vecchio.

    «M.Abrams nous a envoyé une liste des personnes frappées par des sanctions américaines, qui comprenait les noms de plus de 100 citoyens vénézuéliens, y compris des membres du gouvernement Maduro», alors que les imitateurs lui avaient envoyé une liste de personnes et sociétés vénézuéliennes qui «auraient des millions dans les banques suisses», a précisé M.Stoliarov.

    Croyant que la Suisse avait «gelé» les comptes de plusieurs fonctionnaires vénézuéliens au profit de M.Guaido, M.Abrams a «remercié pour cette aide et a dit avoir contacté le ministère des Finances chargé d’appliquer les sanctions».

    Carlos Vecchio a, quant à lui, adressé plusieurs courriels aux prankeurs, qu’il a envoyés à partir du serveur de l’Université Yale (@aya.yale.edu). Sputnik dispose des captures d’écran de ces messages qui montrent l’évolution d’une attaque médiatique contre un fonds que les prankeurs ont présenté comme cachant des actifs personnels de M.Maduro.

    «Nous avons déclaré avoir trouvé un fonds, Tender First (Nurlan Baidilda Ltd), où se trouveraient des actifs de M.Maduro. Ce fonds a été pris au hasard en raison de sa publicité trop présente sur les réseaux sociaux», a confié l’un des auteurs du canular.

    M.Vecchio a décidé d’attaquer ce fonds dans les médias. Il a même «demandé de lui envoyer un projet de déclaration pour ne pas se tromper», d’après M.Stoliarov. Peu après, l’agence Bloomberg a publié une interview de M.Vecchio consacrée à ce sujet. Les prankeurs avaient eu l’occasion d’étudier ce texte avant sa publication: M.Vecchio les avait invités à y apporter des corrections si nécessaire.

    Une lettre envoyée par Carlos Vecchio aux prankeurs
    © Photo.
    Une lettre envoyée par Carlos Vecchio aux prankeurs

    Des messages sur le fonds Baidilda sont également apparus sur le compte Twitter de M.Vecchio qui compte 900.000 abonnés.

    ​Ce fake a été repris par des médias hispanophones, une startup médiatique russe et plusieurs chaînes Telegram.

    L'article de Bloomberg sur Carlos Vecchio
    © Photo.
    L'article de Bloomberg sur Carlos Vecchio

    Début mars, les blagueurs Vovan et Lexus ont eu un autre entretien téléphonique avec M.Abrams qui a notamment expliqué que les États-Unis n’avaient pas l’intention de lancer une opération militaire au Venezuela, mais faisaient pression sur l’armée de ce pays en vue de renverser le gouvernement de Maduro, a noté M.Stoliarov.

    Dans le même temps, les imitateurs russes reçoivent toujours des messages de Carlos Vecchio qui demandent si la Suisse a réussi à bloquer les comptes du fonds Baidilda et quand il pourra annoncer aux médias que les comptes gelés de M.Maduro ont été remis à Juan Guaido et ses représentants.

    «Le dossier du Venezuela n’est pas clos. Ce n’est que le début et vous entendrez bientôt une suite intéressante», a conclu le farceur.

    Elliot Abrams, représentant spécial des États-Unis pour le Venezuela depuis janvier, est surtout connu pour son implication dans le scandale de l'Iran-Contra (Irangate) qui a éclaté pendant la présidence de Ronald Reagan. Jugé en 1991, il a plus tard été gracié par le Président George Bush père.

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Tags:
    canulars, Université Yale, Bloomberg, Carlos Vecchio, Elliott Abrams, Lexus (Alexeï Stoliarov), Vovan (Vladimir Kouznetsov), Ueli Maurer, Suisse, Venezuela, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik