Ecoutez Radio Sputnik
    des diamants

    Le Venezuela et la Palestine vont extraire des diamants conjointement

    CC0 / Pixabay/kuongchin
    International
    URL courte
    12601

    Le 6 mars, une alliance stratégique sur l’extraction de diamants a été signée entre le Venezuela et la Palestine. Le Président Maduro estime que cet accord ouvre la voie à la production de richesses vénézuéliennes «au profit de son peuple».

    Le Venezuela et la Palestine ont signé un accord stratégique sur l'extraction de diamants. La cérémonie de signature a été retransmise en direct sur le compte Twitter officiel du Président vénézuélien, Nicolas Maduro.

    «Parlons du plan d'extraction de diamants. Le Venezuela possède les plus grandes réserves de diamants au monde. Nous avons du pétrole, de l'or et des diamants. Dieu nous le donne… Nous assistons à la signature d'une grande union entre une société palestinienne et 154 petites sociétés de production de diamant [opérant, ndlr] dans la région de l'Orénoque», a déclaré Nicolas Maduro dans son discours adressé aux entreprises de la région Guayana.

    «Nous avons signé des alliances stratégiques avec nos frères palestiniens et avec 154 organisations minières artisanales de l'État de Bolívar pour l'exploitation des diamants. Le Venezuela ouvre la voie à la production de richesses au profit de notre peuple», lit-on dans le tweet de Maduro. 

    Selon les chiffres officiels vénézuéliens, 85% des diamants extraits dans l'État de Bolivar (un État du Venezuela), en particulier dans le département de l'Orénoque, étaient des diamants de la meilleure qualité répondant à diverses normes internationales.

    Lire aussi:

    «Allahu akbar»: le tout dernier cri du copilote lors du crash du Boeing de la Lion Air
    Le Kremlin réagit à la lettre de Bouteflika à Poutine
    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    Tags:
    extraction, signature, diamants, accord, Nicolas Maduro, Venezuela, Palestine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik