International
URL courte
Empoisonnement à Amesbury (26)
61021
S'abonner

L'ambassade de Russie à Londres a publié mercredi une photo de la lettre envoyée à Vladimir Poutine par le fils de Dawn Sturgess, décédée des suites d'un empoisonnement par un agent innervant à Amesbury. Elle indique que l'ambassadeur russe s'est dit prêt à parler en personne à son auteur, pour répondre à toutes ses questions.

Adressée à Vladimir Poutine, une lettre d'Ewan Hope, dont la mère est morte en juillet dernier après avoir été empoisonnée par un agent innervant non loin de Salisbury, a été postée mercredi sur le compte Twitter de l'ambassade de Russie à Londres.

​«Cher Vladimir Poutine. Cela fait presqu'un an que ma mère Dawn a été tuée par du Novitchok à Salisbury et la douleur ne nous quittera jamais, ma famille et moi. La police britannique pense qu'au moins deux citoyens russes sont responsables de sa mort, mais il semble qu'ils soient protégés par votre État. Je fais appel à vous en tant qu'être humain pour permettre à nos officiers d'interroger ces hommes sur le meurtre de ma mère. Le minimum qu'elle mérite, c'est la justice», lit-on dans la lettre.

Le texte qui accompagne la lettre indique que l'ambassadeur russe à Londres, Alexandre Iakovenko, a envoyé à Ewan Hope une copie du rapport «Salisbury: questions sans réponse», publié par l'ambassade à l'occasion du premier anniversaire de l'empoisonnement de Sergueï et Ioulia Skripal à Salisbury. Dans ce rapport, qui dresse la chronologie des évènements et les démarches des deux parties, les experts russes attirent l'attention sur, entre autres, les lacunes et les incohérences de la position de Londres dans cette affaire.

Dans le tweet, on explique que l'ambassadeur a également invité l'auteur de la lettre à venir à l'institution pour lui parler en personne, de manière à pouvoir répondre à ses questions.

Dans une interview accordée au Sunday Mirror et publiée le 2 mars, M.Hope a dit être déçu par l'indifférence du gouvernement britannique et a déploré l'absence de soutien de la part des autorités de son pays. Pour cette raison, il décidé d'écrire à Vladimir Poutine jugeant que le Président russe «[était] est le seul homme capable d'assurer la justice».

Le 30 juin dernier, Dawn Sturgess, 44 ans, et Charlie Rowley, 45 ans, ont été retrouvés inconscients dans leur maison d'Amesbury, dans le Wiltshire. Dawn Sturgess est décédée le 8 juillet, Charlie Rowley a repris conscience et a été interrogé par la police.

Amesbury est situé à une dizaine de kilomètres de Salisbury. Les enquêteurs chargés d'établir les circonstances de l'empoisonnement à Amesbury ont affirmé que Mme Sturgess et M.Rowley avaient été empoisonnés par le même agent innervant A-234 que les Skripal. Londres a rejeté la responsabilité des deux incidents sur Moscou. La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Sergueï Skripal et sa fille ont quitté l'hôpital respectivement en mai et en avril 2018.

Dossier:
Empoisonnement à Amesbury (26)

Lire aussi:

Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo
Tags:
Dawn Sturgess, Alexandre Iakovenko, Vladimir Poutine, Amesbury, Salisbury, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook