International
URL courte
3323
S'abonner

Le ministère algérien de la Culture a informé ce samedi que le musée le plus ancien du pays avait été cambriolé le vendredi 8 mars en marge de la manifestation contre un 5e mandat du Président Abdelaziz Bouteflika.

Des malfrats ont profité des manifestations qui ont eu lieu en Algérie récemment et ont cambriolé le Musée national des antiquités et des arts islamiques d'Alger, le plus ancien d'Algérie, selon le ministère de la Culture du pays.

«Une partie des ailes du musée a été saccagée, des objets volés et des bureaux administratifs incendiés, ainsi que des documents et registres détruits», a informé le ministère dans son communiqué.

Une intervention rapide des pompiers a permis d'éviter que l'incendie ne se propage. La police a réussi à récupérer un sabre datant de l'époque de la résistance algérienne à la conquête française de l'Algérie, dans la première moitié du XIXe siècle, fait savoir l'AFP.

Inauguré en 1897, sous la colonisation française, ce musée, l'un des plus anciens d'Afrique, couvre 2.500 ans d'Histoire de l'art en Algérie. Il est situé près d'un carrefour dont l'une des avenues mène à la présidence de la République, à environ deux kilomètres de là.

Des centaines de milliers de manifestants sont descendus le 8 mars, pour le troisième vendredi consécutif, dans les rues d'Alger et des grandes villes d'Algérie pour demander au Président Abdelaziz Bouteflika de ne pas présenter sa candidature à un cinquième mandat.

Lire aussi:

Ce ne sont pas les dinars libyens qui sont «faux» mais les dires des USA: Moscou réagit aux accusations de Washington
Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Tags:
vandalisme, voleurs, incendie, manifestation, cambriolage, histoire, culture, musée, Alger, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook