Ecoutez Radio Sputnik
    Abdelaziz Bouteflika

    En Suisse, une requête demande le placement de Bouteflika sous curatelle

    © AP Photo / Sidali Djarboub
    International
    URL courte
    Présidentielle en Algérie (2019) (50)
    12157

    Une requête a été déposée devant le tribunal de protection de l'adulte et de l'enfant de Genève pour demander le placement du Président algérien, qui se trouve actuellement dans un hôpital en Suisse, sous curatelle.

    Évoquant la «santé fragile» qui expose Abdelaziz Bouteflika à être «manipulé» par son entourage, l'avocate Saskia Ditisheim, présidente de la branche suisse de l'ONG Avocats sans frontières, a demandé dans une requête déposée le 8 mars le placement sous curatelle du Président algérien.

    La requête n'a toutefois pas été déposée au nom d'Avocats sans frontières.

    Comme le précise la presse, il n'est pas clair à ce stade de savoir si le tribunal suisse examinera cette requête et si elle sera acceptée.

    Selon Saskia Ditisheim, il est «évident que le Président algérien est à ce jour incapable de discernement, dans un état de santé très précaire, et que tous ses actes, aussi bien le dépôt de sa candidature que les communiqués, ne sont pas effectués par lui-même mais par son entourage politique et familial qui le manipule».

    Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, a annoncé le 20 février qu'il se présenterait pour un cinquième mandat. Suite à l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle du 18 avril 2019, des manifestations populaires la dénonçant ont eu lieu dans plusieurs villes d'Algérie.

    Dossier:
    Présidentielle en Algérie (2019) (50)

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Encore un pays européen qui promet de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem
    Tags:
    entourage, requête, Abdelaziz Bouteflika, Suisse, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik