International
URL courte
23904
S'abonner

Suite aux pressions américaines visant à faire renoncer la Turquie à l'achat des S-400, le Président turc est resté ferme, expliquant qu'il n'y avait aucun lien entre l'acquisition de missiles russes et la sécurité de l'Otan.

Il n'y a aucun lien entre l'achat par la Turquie des systèmes de missiles air-sol russes S-400 et la sécurité de l'Otan, ainsi que les contrats de livraison des chasseurs américains de cinquième génération F-35, a déclaré le Président turc Recep Tayyip Erdogan.

«Les raisons pour lesquelles nous achetons ces systèmes sont évidentes», a indiqué le chef de l'État turc, cité par la chaîne de télévision TRT.

Selon lui, les conditions d'exploitation des S-400 par les militaires turcs restaient ouvertes aux membres de l'Otan.

Les États-Unis se sont maintes fois prononcés contre l'achat des S-400 par la Turquie. Ainsi, le Pentagone a menacé Ankara de «graves conséquences» sous forme de sanctions et d'une détérioration des relations militaires avec les États-Unis, s'agissant notamment des chasseurs F-35 et des missiles Patriot que la partie turque espère obtenir de Washington.

Les États-Unis craignent que les militaires turcs, une fois les F-35 et les S-400 en leur possession, puissent dévoiler à leurs collègues russes les possibilités des chasseurs américains.

Cette semaine, Recep Tayyip Erdogan a souligné que la transaction sur les S-400 était terminée et qu'il n'était pas question de faire marche arrière. Qui plus est, le chef d'État turc a également admis la possibilité d'un achat de systèmes de missiles sol-air russes S-500.

Fin 2017, Ankara avait signé avec Moscou un contrat estimé à 2,5 milliards de dollars (2,1 milliards d'euros) pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Récemment, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a annoncé que la Turquie commencerait à déployer les S-400 sur son territoire en octobre 2019.

Lire aussi:

Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Ces applications «dangereuses» à supprimer du smartphone, selon des spécialistes
Tags:
OTAN, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook