International
URL courte
131317
S'abonner

Le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s’est exprimé sur les manifestations qui secouent certains «États de la région». Sans nommer l’Algérie et le Soudan, M.al-Sissi a mis en garde contre de graves conséquences pour la sécurité et la stabilité dans ces pays.

Le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a prévenu contre les risques que posent les manifestations populaires actuelles sur la sécurité et la stabilité «dans des États de notre région». S'exprimant lors d'une allocution retransmise par la télévision nationale à l'occasion du 30e Symposium des forces armées et de la journée du Martyr, le chef de l'État égyptien a mis l'accent sur les méthodes de guerre de 4e génération qui sapent les fondements des États-nations.

Rappelant ce qui se passait depuis 2011 dans certains pays de la région suite au «printemps arabe», l'Égypte y compris, M.al-Sissi a expliqué comment les manifestations, qui ont commencé par de simples appels sur les réseaux sociaux, ont débouché sur la chute d'États, instaurant ainsi le chaos dans plusieurs pays.

«Actuellement, dans des États de notre région [l'Algérie et le Soudan, sans les citer, ndlr], les gens parlent de la situation économique et des conditions de vie et, ainsi, ils gâchent leur pays, le conduisent à sa perte», a-t-il mis en garde. «Tout cela a un prix», a-t-il ajouté, soulignant que «le peuple, les jeunes enfants et les générations futures vont payer ce prix-là, celui de l'absence de stabilité».

L'Algérie et le Soudan sont depuis quelques semaines secoués par des manifestations populaires.

En Algérie, les manifestants dénoncent depuis le 22 février un éventuel 5e mandat du Président Abdelaziz Bouteflika.

Au Soudan, des émeutes ont éclaté en réaction à la hausse des prix du pain. Elles se poursuivent dans plusieurs villes depuis décembre. L'état d'urgence a été déclaré le 22 février pour l'ensemble du pays par le Président Omar el-Bechir, selon l'AFP. Il a également annoncé le limogeage du gouvernement, ainsi que des instances qui dirigent les provinces du pays, secoué depuis deux mois par des manifestations réclamant son départ.

Lire aussi:

Ce que l'on sait sur Alexandra De Taddeo, la compagne de Pavlenski qui aurait reçu les vidéos X de Griveaux
«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Vidéos de Griveaux: quand le complotisme antirusse atteint le pouvoir français pour faire diversion
Des militaires russes envoyés en Libye? Le Kremlin met les points sur les i
Tags:
sécurité nationale, stabilité, manifestation, Abdel Fattah al-Sissi, Algérie, Soudan, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook