International
URL courte
Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (43)
450
S'abonner

Quelques minutes de retard ont sauvé la vie du ministre yéménite de l’Eau, lequel devait embarquer dans le Boeing 737 qui s’est écrasé en Éthiopie dimanche.

Parfois, mieux vaut arriver en retard: le ministre yéménite de l'Eau et de l'Environnement, Nabil Abdallah, est resté en vie grâce à son arrivée tardive pour l'embarquement du Boeing d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé dimanche en Afrique.

«Nous remercions Dieu pour le bien-être du ministre de l'Eau et de l'Environnement qui est arrivé en retard de quelques minutes, lorsque les portes d'embarquement étaient déjà fermées», lit-on sur la page Facebook de l'adjoint de M.Abdallah, Ammar al-Aoulaki.

Dimanche 10 mars, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, avec à son bord 157 personnes dont huit membres d'équipage, s'est écrasé près de Bishoftu, à 62 km au sud-est d'Addis-Abeba.

Aucun passager n'a survécu. Parmi les victimes figurent des représentants de 35 pays, dont neuf Français et trois Russes. Auparavant, les médias grecs ont rapporté qu'un Athénien avait manqué le vol en question en raison des problèmes avec ses bagages.

Il s'agit du deuxième crash en quelques mois d'un Boeing 737 MAX 8: en octobre dernier, un appareil moyen-courrier de la compagnie indonésienne à bas coûts Lion Air s'était abîmé en mer de Java, tuant 189 personnes.

Suite à la catastrophe de dimanche, la Chine a été le premier pays à demander à ses compagnies aériennes de suspendre tous les vols de ce type d'appareils.

Dossier:
Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (43)

Lire aussi:

Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Contrôle de police à Stains: «J'ai cru que c'était des voleurs, des agresseurs», affirme le conducteur blessé par balles
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
Yémen, Ethiopie, Nabil Abdallah, Lion Air, Ethiopian Airlines, Boeing 737 MAX, crash d'avion, victimes, retard
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook