International
URL courte
19612
S'abonner

La classe politique française a salué, dans l’ensemble, le renoncement d’Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat et la «victoire» des algériens remportée grâce à leurs mobilisations. Toutefois, le RN met en garde contre une menace islamiste.

Après que le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian a «salué» la décision du Président algérien Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat et de «prendre des mesures pour rénover le système politique algérien», l'opposition française a également réagi à cette annonce, notamment sur les réseaux sociaux.

Le leader de la France Insoumise a été parmi les premiers à commenter sur Twitter:

«Par sa mobilisation massive, le peuple algérien obtient la satisfaction de sa principale revendication: Abdelaziz Bouteflika renonce à se présenter à la présidentielle. Chapeau le peuple algérien! En France on devrait y réfléchir!», a écrit Jean-Luc Mélenchon.

Le Rassemblement National a de son côté mis en garde contre une menace islamiste:

Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, a salué le fait que les mobilisations des algériens aient porté leurs fruits.

Le porte-parole du parti a également réagi:

«Vive la démocratie», a commenté Benoît Hamon, membre fondateur de Génération.

Pour la sénatrice des Verts Esther Benbassa, le renoncement de M.Bouteflika est «une première et magnifique victoire des Algériens et des Algériennes».

Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte Ouvrière, a quant à elle salué «une première victoire pour le peuple algérien».

Le Président sortant algérien Abdelaziz Bouteflika a reporté la présidentielle prévue le 18 avril et a fait connaître sa décision de ne pas briguer un cinquième mandat, a annoncé lundi la présidence du pays.

Lire aussi:

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Scènes surréalistes de collégiens condamnant le comportement du professeur décapité devant leur école de Conflans
Quatre collégiens placés en garde à vue dans le cadre de l'attentat de Conflans
Tags:
réaction, Jean-Yves Le Drian, Abdelaziz Bouteflika, Jean-Luc Mélenchon, France, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook