Ecoutez Radio Sputnik
    Nord Stream 2

    L’UE et les nouvelles sanctions contre Nord Stream 2: «On ne doit pas s’en inquiéter trop»

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    9272

    Alors que le Parlement européen a adopté une résolution appelant à prévoir de nouvelles sanctions contre la Russie dans le cadre du projet de gazoduc Nord Stream 2, notamment en limitant son accès aux sources financières, un expert a affirmé à Sputnik Allemagne que les députés tentaient de compenser le manque de moyens par «des propos acides».

    La résolution du Parlement européen n'aura aucun impact «pratique» sur le projet de gazoduc Nord Stream 2, car de tels documents, très critiques envers la Russie, existent depuis plusieurs années, a déclaré dans une interview à Sputnik Christian Wipperfürth, expert en énergie.

    Selon lui, les résolutions du genre adoptées par le Parlement européen revêtent souvent «un caractère déclaratif», sont adoptées depuis plusieurs années et sonnent beaucoup plus radicalement que la politique réelle appliquée par les pays membres.

    «La marge de manœuvre du Parlement européen est assez limitée, ce que les députés tentent de compenser par des déclarations particulièrement violentes. Quant à nous, on ne doit pas s'en inquiéter trop. Le Parlement européen émet, presque traditionnellement, des propos acides», a-t-il noté.

    D'autant plus que la campagne électorale «renforce encore plus la tendance des parlementaires à des paroles retentissantes», a-t-il ajouté.

    Christian Wipperfürth s'est dit certain que la résolution resterait sans suite, car les pays de l'UE s'étaient entendus il y a plusieurs semaines pour apporter des précisions.

    «Les partisans d'un compromis seront contraints de lutter contre "un vent debout", ce qui ressort clairement de la résolution du Parlement européen. Mais je ne m'attends pas à des actions impressionnantes parce que le gouvernement allemand et nombre de sociétés ont laissé entendre depuis longtemps que le gazoduc leur serait utile et qu'il n'avait pas d'alternative.»

    Il a ajouté que les Américains ne pourraient pas livrer assez de gaz en Europe vu le prix de celui-ci. Qui plus est, les États-Unis ont importé ces derniers mois une quantité record de brut russe, en raison d'une vague de froid qui a déferlé sur le pays cet hiver.

    Citant des sources anonymes américaines, The Wall Street Journal avait précédemment annoncé que les États-Unis s'apprêtaient à imposer des sanctions à l'encontre des investisseurs du projet et des entreprises qui s'occupent de la pose de tuyaux pour le gazoduc. Les sanctions seront introduites par le biais d'amendements à la loi CAATSA (Countering Adversaries Through Sanctions Act) qui impose des sanctions à plusieurs pays dont la Russie.

    Le ministre américain de l'Énergie Rick Perry avait précédemment déclaré aux journalistes que Washington envisageait des sanctions supplémentaires contre le projet Nord Stream 2. Une possible nouvelle imposition contre les investisseurs et les entreprises construisant ce gazoduc avait été annoncée par The Wall Street Journal.

    Le projet Nord Stream 2 est réalisé par la société russe Gazprom en coopération avec les entreprises européennes Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall. Ce programme prévoit la construction d'un gazoduc d'une capacité de transfert de 55 milliards de mètres cubes par an depuis la Russie jusqu'à l'Allemagne en passant par la mer Baltique, soit une longueur de plus de 1.200 kilomètres. Les États-Unis s'y opposent énergiquement.

    Lire aussi:

    Michel Maffesoli: «nous allons voir resurgir des manifestations tribales!»
    Violences au Mans: un forain grièvement blessé au pied (vidéo choc)
    Le ministère de la Défense annonce la mort de trois militaires russes en Syrie
    Tags:
    énergie, tuyau, déclaration, propos, investisseurs, gazoduc, gaz, sanctions, résolution, Nord Stream 2, Sputnik, Wintershall, Royal Dutch Shell, Uniper, Gazprom, Wall Street Journal, Parlement européen, Rick Perry, Christian Wipperfürth, mer Baltique, États-Unis, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik