International
URL courte
Présidentielle en Algérie (2019) (59)
11514
S'abonner

Les États-Unis ont réagi aux décisions du Président algérien de ne pas être candidat à un 5e mandat et d’organiser une conférence nationale soutenant une «nouvelle voie fondée sur le dialogue» et l’organisation «d’élections libres». Auparavant, la France s’était également exprimée sur le sujet.

Après la France, les États-Unis ont réagi aux décisions annoncées par le Président algérien Abdelaziz Bouteflika dans son message de renoncement à un 5e mandat pour lequel il s'était pourtant porté candidat. S'exprimant lors d'un point de presse, Robert Palladino, porte-parole adjoint du département d'État américain, a affirmé que son pays soutenait la «nouvelle voie fondée sur le dialogue», afin d'arriver à l'organisation «d'élections libres et équitables». Il a par ailleurs réitéré le droit des Algériens «à manifester et à exprimer pacifiquement leur opinions».

Le responsable s'est exprimé sur la décision du chef de l'État algérien d'organiser une conférence nationale inclusive souveraine qui se chargera de rédiger une nouvelle Constitution et de fixer la date de la prochaine élection présidentielle. Il a affirmé que «nous soutenons les efforts en Algérie pour tracer une nouvelle voie, fondée sur le dialogue, qui reflète la volonté de tous les Algériens et leurs aspirations à un futur pacifique et prospère». «Nous soutenons le droit du peuple algérien à voter lors d'élections libres et équitables, comme nous le faisons partout dans le monde», a-t-il souligné.

M.Palladino a également réagi aux nouvelles manifestations qui se déroulent actuellement en Algérie et qui dénoncent la décision prise par le Président Bouteflika de reporter l'élection. Il a déclaré que «nous respectons le droit des Algériens à se rassembler et exprimer pacifiquement leurs opinions». «Nous surveillons de près les informations selon lesquelles les élections en Algérie ont été reportées», a-t-il ajouté.

Le mardi 12 mars, en déplacement à Djibouti, Emmanuel Macron a salué la décision du Président algérien Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat lors de la prochaine élection présidentielle. Le Président de la République française a notamment appelé à une «transition d'une durée raisonnable».

Dans son message aux Algériens, le Président Bouteflika avait annoncé le report de l'élection présidentielle du 18 avril en s'engageant à ne pas être candidat. Il a par ailleurs annoncé l'organisation d'une conférence nationale inclusive et l'installation d'un nouveau gouvernement de technocrates.

Des manifestations populaires ont eu lieu dans la capitale Alger et dans d'autres villes dénonçant les décisions du Président, notamment la prolongation de son 4ème mandat. Des appels à des marches nationales pour le vendredi 15 mars sont massivement relayés sur les réseaux sociaux.

Dossier:
Présidentielle en Algérie (2019) (59)

Lire aussi:

Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Tags:
manifestation, conférence, report, élection présidentielle, Robert Palladino, Abdelaziz Bouteflika, France, États-Unis, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook