Ecoutez Radio Sputnik
    Des soldats israéliens dans le Golan occupé par Israël

    Reconnaître le Golan comme partie d'Israël? Damas condamne l'idée d'un sénateur US

    © AFP 2019 JALAA MAREY
    International
    URL courte
    17319

    La Syrie a vivement critiqué l'idée du sénateur américain Lindsey Graham, qui propose que les hauteurs du Golan soient reconnues comme faisant partie d'Israël, estimant que ces déclarations «traduisent la mentalité hégémonique et hautaine de l'administration américaine» et montrent «le mépris des États-Unis pour le droit international».

    Le ministère syrien des Affaires étrangères a commenté la proposition du sénateur américain Lindsey Graham de reconnaître le Golan comme faisant partie d'Israël, estimant que Washington manifestait ainsi son arrogance et négligeait des faits historiques.

    «La Syrie condamne fermement les déclarations de Lindsey Graham sur le plateau syrien occupé. Ses propos traduisent la mentalité hégémonique et hautaine de l'administration américaine», a indiqué une source du ministère citée par son service de presse.

    Non seulement les déclarations de Lindsey Graham prouvent qu'il «néglige des faits historiques et géographiques», mais encore elles montrent le mépris des États-Unis pour le droit international et la violation systématique de celui-ci», selon la même source.

    Le ministère a également souligné que le peuple syrien continuerait de résister à l'occupation pour finalement libérer le plateau du Golan et le faire repasser sous le contrôle de Damas.

    Lors d'une visite sur le plateau, lundi dernier, le sénateur a promis au Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, d'avancer l'initiative de reconnaissance du Golan par les États-Unis comme territoire de l'État hébreu.

    L'appartenance du Golan reste au cœur du conflit qui oppose Israël à la Syrie et qui a été l'objet de tentatives de règlement avant le début de la guerre civile en Syrie. Israël a conquis une grande partie du Golan syrien lors de la guerre des Six Jours en 1967 puis l'a annexée, une décision qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

    Lire aussi:

    Les proches d’un supporter algérien blessé à l’œil dénoncent un tir de LBD
    Un «cimetière» de Boeing 737 MAX découvert en Californie
    Le Panama condamne «les activités illégales» du pétrolier arraisonné par l'Iran et lui retire son pavillon
    Tags:
    conflit, occupation, droit international, sénateur, Guerre des Six Jours (1967), Benjamin Netanyahu, Lindsey Graham, Washington, Hauteurs du Golan, États-Unis, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik