Ecoutez Radio Sputnik
    Vaccination

    La rougeole fait son grand retour et c’est probablement la faute de la Russie…

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    30447

    La rougeole fait son retour, et personne n’est épargné… par la «ferme à trolls» russe qui agite secrètement le Net pour désinformer sur la vaccination. Tout du moins, c’est ce qu’affirment des médias anglophones dans leur folle quête de la Main du Kremlin. Qu’il est agréable pour eux de revivre le bon vieux temps des élections américaines de 2016!

    La France vient de connaître sa première victime de la rougeole en 2019. Au moins 286 personnes sont mortes aux Philippines au cours des deux derniers mois à la suite de l'épidémie. La maladie tue des centaines d'enfants à Madagascar dont les parents n'ont pas les moyens de les vacciner. La situation se détériore à pas de géant, et la presse mainstream s'est mobilisée pour nommer le responsable, qui n'est autre que la Main du Kremlin!

    Radio Free Europe, financé par le Congrès américain, ainsi que d'autres médias états-uniens affirment que des «trolls russes» sont bel et bien derrière la propagation de la désinformation autour de la rougeole, tout comme durant les élections américaines de 2016.

    Comment la machine de trolling russe fonctionne, vous interrogez-vous? Très simple! L'étude sur laquelle s'appuie la radio affirme que se faisant passer pour des utilisateurs légitimes sur les réseaux sociaux, des trolls débattent, renforcent la méfiance envers les entreprises pharmaceutiques et encouragent l'idée de l'inutilité des vaccins, car ils visent des maladies relativement inoffensives. Selon le média, «ils retweetent également des messages de comptes anti-vaccination réputés afin de gagner en crédibilité après avoir infiltré un groupe anti-vaccination.»

    Les cas de rougeole ont plus que triplé en Europe en 2018, et un pays a largement contribué à son essor, l'Ukraine, qui a enregistré plus de 54.000 cas l'année dernière et 16 décès, mais cela ne semble pas préoccuper autant les médias mainstream que la «ferme à trolls» russe.    

    Toutefois, cette tendance se dessine clairement depuis les élections américaines: quand quelque chose ne va pas à l'Ouest, rejetez la faute sur la Russie! En effet, les accusations de l'article de Radio Free Europe se fondent sur une ingérence non prouvée dans les élections pour la promotion des idées anti-vaccination, sans aucune preuve pour appuyer ces affirmations, outre quelques tweets en anglais. Sans dire que le mouvement anti-vaccin prolifère depuis des décennies surtout en Occident, attirant des célébrités comme Charlie Sheen, Salma Hayek, Laeticia Hallyday, ou Jennifer Lopez.

    Depuis l'époque soviétique, la vaccination est très stricte en Russie. En URSS, un vaccin contre la rougeole a été introduit en 1968 chez les enfants âgés de 15 à 18 mois, à partir de 1986 à 12 mois. La revaccination contre la rougeole à l'âge de 6 ans a été introduite en Russie en 1997.

    C'est loin d'être la première fois que la Russie se voit imputée d'être derrière des crises sanitaires mondiales qui font la une des journaux. En octobre 2014, le Washington Post a publié un article qui étudiait la possibilité qu'un laboratoire militaire ultra-secret en Sibérie soit à l'origine d'une épidémie d'Ebola.

    On conseille de faire attention aux symptômes de la rougeole car elle se propage dans le monde, y compris dans des pays développés. Toutefois, une autre maladie contagieuse se répand tout aussi rapidement, celle-ci se caractérise par une paranoïa, et il ne s'agit ni plus ni moins que d'une russophobie sans limites.

    Lire aussi:

    Une série de nuits de violences à Romans-sur-Isère: caillassage et jets de cocktails Molotov contre la police
    Macron officialise l'avis de la France sur Huawei après la décision de Trump de l’écarter
    Le crash d'un F-16 laisse un trou béant dans le toit d'un bâtiment en Californie (vidéo)
    Tags:
    La Faute Aux Russes, trolls, médias mainstream, rougeole, Madagascar, France, États-Unis, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik