Ecoutez Radio Sputnik
    La police belge

    Une nouvelle arme des manifestants hante les policiers belges

    © REUTERS / Yves Herman
    International
    URL courte
    9554

    Après les policiers français, leurs collègues belges se préparent à faire face à une nouvelle arme utilisée par les manifestants, et qui a déjà servi lors de la mobilisation des Gilets jaunes: le «cacatov», d’après des médias belges.

    La Direction des opérations de police administrative belge (DAO) a diffusé mercredi une note interne dans tous ses services, soit auprès de plus de 15.000 policiers, les mettant en garde contre l’utilisation par les manifestants de bouteilles remplies d’excréments, annoncent les médias belges

    Selon la note de la police fédérale, dont des extraits ont été publiés par le journal Dernière heure, les lanceurs de ce type de projectiles risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende. 

    Un cacatov est un mot-valise composé à partir des mots «caca» et «cocktail Molotov». Cette «arme biologique», fabriquée à partir d’excréments humains ou de crottes de chien, utilisée depuis février lors de la mobilisation des Gilets jaunes en France.

    Plusieurs policiers ont été visés par des jets de ces «grenades» à base de matières fécales pendant l'acte 16 des Gilets jaunes, à Marseille et à Montpellier. Au moins un agent a été blessé par l'un de ces projectiles. De même lors de l’acte suivant.

    Le cacatov a fait son apparition en France en 2018, sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Mais c’est au Venezuela qu’il a été inventé (dans sa version hispanique, le «puputov»).

    Lire aussi:

    «Excusez-nous, on ignorait qu’il était invisible»: le F-117 abattu par les Serbes en 1999
    Ces symptômes du cancer du cerveau que les malades ignorent
    Un policier à terre place de la République, un pompier lui prodigue un massage cardiaque
    Tags:
    projectiles, police, cacatov, Direction des opérations de police administrative belge (DAO), Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik