International
URL courte
47525
S'abonner

Un hebdomadaire polonais a publié cette semaine un article visant à apprendre «comment reconnaître un juif» à partir de «noms, traits anthropologiques, expressions, apparence, traits de caractère, méthodes de fonctionnement et activités de désinformation». Le Parlement s’est engagé à interdire la diffusion du journal.

Le Parlement polonais va demander l'interdiction à la vente de l'hebdomadaire «Tylko Polska», qui dans un récent article en Une entend apprendre à ses lecteurs «comment reconnaître un juif» à partir de son nom, de sa personnalité et de son apparence.

Ce journal était notamment disponible ces derniers jours au kiosque de la Diète, la chambre basse du Parlement, à Varsovie, selon Reuters.

La doyenne des organisations juives américaines, l'American Jewish Committee (AJC), a dénoncé un article antisémite et exigé que les députés polonais agissent sans attendre pour retirer l'hebdomadaire de la vente, s'étonnant du «manque de réaction» des parlementaires.

Selon l'article de «Tylko Polska» («La Pologne seulement»), les femmes juives, notamment, «manquent de la délicatesse, de la modestie et de la pudeur qui caractérisent les femmes polonaises».

«Comme le monde entier leur appartient […], ils [les juifs, ndlr] sont censés vivre dans tous les pays, prendre le pouvoir dans toutes les nations et ouvrir la voie à la création d'un État juif mondial», ajoute l'hebdomadaire.

Le mois dernier, la Pologne a renoncé à participer à un sommet du Groupe de Visegrad prévu en Israël pour protester contre les propos prêtés au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou sur une complicité de certains Polonais dans l'Holocauste.

Lire aussi:

Nuit de chaos à Argenteuil, des policiers visés par des tirs de mortiers - vidéos
Un 4e État américain autorise la formation des pelotons d'exécution
Nouvelle étape du déconfinement en France: ce qui change à partir du 19 mai
Tags:
extrême-droite, antisémitisme, Juifs, Pologne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook