International
URL courte
Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (43)
9748
S'abonner

Trois minutes après le décollage, le pilote du vol ET 302 qui s’est écrasé dimanche en Éthiopie a demandé d’une «voix paniquée» un retour à l’aéroport de départ, écrit le New York Times se référant à une source proche du dossier. Cette catastrophe a fait 157 morts, dont des ressortissants de 35 pays.

Le pilote qui était aux commandes du Boeing 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines qui s'est écrasé le 10 février près d'Addis-Abeba s'est adressé trois minutes après le décollage aux contrôleurs d'une «voix paniquée», a déclaré jeudi une source proche du dossier au New York Times.

L'interlocuteur du journal a préféré garder l'anonymat puisque les enregistrements en question n'ont pas encore été rendus publics.

«Break, break, demande retour à la maison», aurait dit le pilote.

Ethiopian Airlines a indiqué dimanche que six minutes après le décollage, le pilote avait informé les contrôleurs aériens qu'il faisait face à des «difficultés». Mais le New York Times est le premier à révéler le contenu de cette conversation.

Le 10 mars, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, avec à son bord 157 personnes, s'est écrasé au sud-est d'Addis-Abeba, sans laisser de survivants. En octobre dernier, un Boeing 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air s'était abîmé en mer de Java, tuant 189 personnes.

Dossier:
Crash d’un Boeing 737 en Éthiopie (43)

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Tags:
The New York Times, pilote, crash d'avion, Boeing 737 MAX, Éthiopie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook