International
URL courte
527
S'abonner

La police a bloqué l’entrée d’un hôpital de la région néo-zélandaise de Hawke’s Bay suite à un appel de menace, informent les médias locaux. Pourtant, l’alerte s’est avérée être fausse. Cet incident s’est produit au lendemain des fusillades dans deux mosquées de Christchurch.

L'hôpital de Hawke's Bay, dans l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande, a été bouclé par la police ce samedi à la suite d'un appel de menace, font savoir les médias néo-zélandais. Plus tard, la police a établi qu'il n'y avait pas de menace et a autorisé l'accès à l'établissement. The lockdown at Hawke's Bay Hospital has been lifted.

Des tirs ont retenti le vendredi 15 mars dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch. La police a désamorcé plusieurs explosifs artisanaux découverts dans des véhicules garés à proximité. Cette attaque a fait 49 morts et des dizaines de blessés. Plus tard, la diplomatie saoudienne a annoncé que l'un de ses deux ressortissants blessés était décédé.

L'auteur présumé d'au moins une des fusillades, Brenton Harrison Tarrant, a été inculpé de meurtres et sera maintenu en détention provisoire jusqu'à sa comparution devant la Haute Cour le 5 avril prochain.

Lire aussi:

Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Tags:
hôpital, attentat, police, Nouvelle-Zélande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook