International
URL courte
8225
S'abonner

Donald Trump a prorogé d’encore une année les sanctions contre l'Iran, sous prétexte que la politique de Téhéran représentait toujours une menace pour la sécurité nationale des États-Unis. Hassan Behestipour, observateur politique du canal anglophone de la chaîne de télévision iranienne Press TV, a commenté cette décision pour Sputnik.

Les États-Unis n'ont pas de raisons de proroger le régime des sanctions contre l'Iran, et ce qu'ils font contredit le droit international, a déclaré à Sputnik M.Behestipour, observateur politique du canal anglophone de la chaîne de télévision iranienne Press TV, au sujet de la décision de Donald Trump de prolonger d'encore une année la durée des sanctions anti-iraniennes.

«Le maintien d'un état d'urgence dans les relations entre les États-Unis et l'Iran n'a rien de nouveau en soi. Les sanctions sont renouvelées en permanence depuis l'époque de l'administration Carter. Aussi, l'actuelle prolongation ne représente-t-elle pas de changement sérieux de la situation. Tout s'inscrit dans la politique américaine hostile à l'égard de l'Iran», a estimé l'expert.

Et d'ajouter que ces sanctions étaient tout à fait illégales au regard du droit international.

«Comme les 14 rapports de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) confirment l'attachement de l'Iran à l'accord nucléaire [l'accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien, ndlr], les États-Unis n'ont pas de raison de décréter des sanctions contre la République islamique. Et même leurs alliés européens ne peuvent trouver de justification légitime pour ces sanctions», a poursuivi M.Behestipour.

Il a toutefois reconnu que les États-Unis possédaient une puissance financière dominante dans le monde.

«Malheureusement, si les États-Unis annoncent des sanctions contre l'Iran, cela signifie des sanctions contre tous les autres pays qui sont placés devant un choix illégitime: commercer avec l'Amérique ou avec l'Iran», a expliqué l'Iranien.

Et de rappeler que tous les experts signalaient aux États-Unis que la politique des sanctions ne menait qu'à une impasse.

«Trump ne comprend toujours pas l'importance de la poursuite de la politique pratiquée par l'administration d'Obama [qui avait accepté la possibilité d'utilisation d'uranium à l'enrichissement limité en Iran, ndlr] et ne s'est pas encore rendu compte du fait que les sanctions n'aidaient pas à résoudre les problèmes, que la politique des sanctions était bel et bien infructueuse», a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
«Nicole Belloubet a menti»: Montpellier porte plainte contre la garde des Sceaux
Coronavirus: l'épidémie «s'accélère», la situation est «grave», selon Xi Jinping
Tags:
alliés, relations, état d'urgence, sanctions, programme nucléaire iranien, Press TV, Sputnik, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Hassan Behestipour, Jimmy Carter, Barack Obama, Donald Trump, Iran, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik