Ecoutez Radio Sputnik
    B-52H (image d'illustration)

    Les USA envoient en Europe leurs 2 bombardiers capables de porter des armes nucléaires

    CC BY-SA 2.0 / Ronnie Macdonald / Boeing B-52H Stratofortress 4
    International
    URL courte
    15263

    Deux bombardiers stratégiques américains B-52H Stratofortress, capables de porter des missiles de croisière et des bombes nucléaires, sont arrivés sur la base de la Royal Air Force (RAF) située dans le Gloucestershire, en Angleterre, selon les données publiées par le site MilRadar, spécialisé dans le suivi des déplacements des avions militaires.

    Après avoir quitté la base aérienne de Barksdale, en Louisiane, deux bombardiers stratégiques américains B-52H Stratofortress ont atterri sur la base de la Royal Air Force (RAF) se trouvant dans le Gloucestershire, en Angleterre, rapporte le site MilRadar.

    ​DRYER91 et DRYER92 sont les noms de codes des appareils américains capables de porter des missiles de croisière et des bombes nucléaires, a précisé MilRadar.

    Le 15 mars, un bombardier stratégique américain B-52H Stratofortress a effectué un vol le long de la frontière nord-ouest de la Russie, dans la région de la mer Baltique, d'après le ministère russe de la Défense. Il s'est approché de la frontière à 150 km tout au plus.

    Le même jour, un avion de reconnaissance stratégique de l'US Air Force RC-135V, qui avait décollé depuis RAF Mildenhall, en Angleterre, a été repéré aux abords de la région de Kaliningrad, où il avait effectué un vol de plusieurs heures. L'avion de reconnaissance suédois Gulfstream 4 a également fait vendredi un vol au-dessus de la mer Baltique.

    Lire aussi:

    Michel Maffesoli: «nous allons voir resurgir des manifestations tribales!»
    Violences au Mans: un forain grièvement blessé au pied (vidéo choc)
    Une source diplomatique explique le but de l’arrivée de militaires russes à Caracas
    Tags:
    B-52, bombardier, vol, armes nucléaires, Russie, Angleterre, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik