Ecoutez Radio Sputnik
    Casques blancs

    «Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad»

    © AFP 2018 Msallam Abdalbaset
    International
    URL courte
    322108

    La Maison-Blanche se propose de mettre 5 millions de dollars (environ 4,4 millions d'euros) à la disposition des Casques blancs et du mécanisme de l’Onu chargé de faciliter les enquêtes sur les violations du droit international en Syrie. Sputnik en a discuté avec Chris Kanthan, analyste politique basé à San Francisco.

    Idlib est la dernière région encore occupée par les rebelles syriens qui ne sont en réalité que des terroristes d'Al-Qaïda*, a déclaré au micro de Sputnik Chris Kanthan, analyste politique basé à San Francisco, commentant la situation en Syrie.

    «Assad, avec l'aide de la Russie, est sur le point de libérer Idlib et s'il réussit à le faire, ce sera un coup dur pour l'Occident qui a investi beaucoup d'argent et d'efforts depuis 2011 dans des tentatives de reversement du gouvernement en place à Damas. […] Et les Casques blancs jouent un rôle important dans la campagne de propagande», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et de préciser que leur travail consistait notamment à envoyer en permanence des photos et des vidéos choquantes pour conditionner l'opinion publique dans le monde.

    «À chaque fois qu'Assad s'apprête à reprendre le contrôle d'une ville ou d'une région, en organisant des attaques sous un faux drapeau et envoyant de fausses photos et vidéos, les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad», a expliqué M.Kanthan.

    Selon ce dernier, il s'agit en fait d'une très vieille astuce que les États-Unis utilisent déjà depuis plus d'un siècle. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, les États-Unis voulaient s'emparer de Cuba, qui était alors sous domination espagnole. Les journaux américains ont alors commencé à publier toutes sortes de fausses informations sensationnelles affirmant que l'Espagne opprimait brutalement les Cubains.

    «À l'époque, William Hearst était l'un des principaux éditeurs américains. Un jour, il a dit à ses journalistes: "Vous fournissez les images et je fournirai la guerre". C'est donc exactement ce qui se passe maintenant. L'Occident donne de l'argent aux Casques blancs et dit: "Vous fournissez les vidéos, nous allons bombarder la Syrie"», a poursuivi l'expert.

    Il a relevé que les États-Unis et le Royaume-Uni continuaient à soutenir les Casques blancs malgré le fait que les actions illégales de ce groupe n'étaient plus un secret pour personne, parce qu'ils étaient ceux qui allaient donner la bonne raison ou l'excuse pour bombarder la Syrie.

    «Car si vous n'avez pas ces photos et vidéos sensationnelles de petits enfants sous les décombres, les États-Unis et le Royaume-Uni ne seraient tout simplement pas en mesure de soumettre une résolution à l'Onu ni de passer à des bombardements», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    Les Casques blancs prétendent être un groupe de volontaires menant des opérations de sauvetage dans des régions de la Syrie contrôlées par les rebelles. Damas les accuse toutefois d'être liés aux groupes les plus extrémistes opérant en Syrie et de prêter assistance aux terroristes blessés dans les bombardements. Les Casques blancs sont également accusés par le gouvernement syrien d'avoir mis en scène de fausses attaques chimiques en Syrie.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    La France tacle durement les États-Unis sur l’Otan et les F-35
    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    Affrontement violent entre deux vigiles et une cinquantaine d’individus à Bordeaux (vidéo)
    Tags:
    excuses, attaque chimique, terrorisme, photo, vidéo, guerre, propagande, présidence américaine, ONU, Al-Qaïda, Sputnik, Casques blancs syriens, William Hearst, Chris Kanthan, Bachar el-Assad, Occident, San Francisco, Russie, Idlib, Royaume-Uni, États-Unis, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik