Ecoutez Radio Sputnik
    Les bombardements en ex-Yougoslavie

    La Serbie «doit pardonner» les bombardements de l’Otan, estime le Président serbe

    © AP Photo/ Dimitri Messinis
    International
    URL courte
    29560
    S'abonner

    À la veille du 20e anniversaire des bombardements par l’Otan de l’ex-Yougoslavie, durant lesquels au moins 2.500 personnes avaient été tuées, le chef de l’Etat serbe Vucic a appelé à pardonner les forces de l’Alliance, sans toutefois oublier.

    La Serbie doit pardonner à l'Otan les bombardements effectués en 1999 mais elle ne sera jamais capable de les oublier, a déclaré lundi le Président serbe Aleksandar Vucic, soulignant le refus de son pays de rejoindre l'alliance.

    Selon lui, la neutralité militaire représente un choix conscient.

    «Je suis sûr que l'Otan, qui a toujours dit que c'était le choix de la Serbie, serait plus disposé à accepter la Serbie que d'autres pays de la région (…). Nous disons toujours et partout que nous ne voulons pas adhérer à l'Otan, et nous le faisons ouvertement. Nous voulons avoir des relations correctes et décentes, mais nous ne voulons pas rejoindre l'Otan», a déclaré le Président serbe.

    «Nous voulons défendre notre indépendance, notre liberté, notre ciel avec notre armée, l'armée serbe. Je crois au pouvoir de l'armée serbe et nous avons enduré beaucoup de souffrances il y a 20 ans pour que nous l'oubliions. Notre devoir est de pardonner, mais nous ne pourrons jamais oublier», a souligné M. Vucic.

    En 1999, la confrontation armée entre les séparatistes albanais de l'Armée de libération du Kosovo et la police serbe avait abouti aux bombardements par l'Otan de la République fédérale de Yougoslavie (comprenant à l'époque la Serbie et le Monténégro). Les frappes aériennes de l'Otan s'étaient poursuivies du 24 mars au 10 juin 1999. Le nombre exact de victimes est inconnu. Selon les estimations des autorités serbes, les bombardements ont fait environ 2.500 morts, dont 89 enfants. Quelque 12.500 personnes ont été blessées. L'estimation des dommages matériels varie entre 30 et 100 milliards de dollars selon les sources

    L'opération militaire avait été lancée sans l'approbation du Conseil de sécurité de l'Onu, sur la base d'affirmations des pays occidentaux selon lesquels les autorités yougoslaves se seraient livrées à des purges ethniques, créant ainsi une catastrophe humanitaire.

    Tags:
    bombardement, OTAN, Aleksandar Vucic, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik